31/03/2015

Març de 2015

• Òsca a la descobèrta d'un complèxe funerari de l'Atge del Fèrre a Lavau (10).
• Vergonha als calucs de Dius qu'an davaladas al bulldozer las roinas de Nimroud, capitala d’Assiria entre 879 e 613 dav. J.-C., e las roinas anticas d'Hatra.
• Òsca al torn del monde de l'avion solar Solar Impulse 2.
• Vergonha a la telerealitat de TF1 qu'a fach 10 mòrts (3 esportius franceses) en Argentina.
• Vergonha a las quatre annadas de guèrra qu'an fach 220.000 mòrts en Siria.
• Vergonha a Sarkozy que jòga amb lo fuòc al sicut del FN e vergonha a los que lo daissan dire.
• Òsca a la levada de l'immunitat parlementària de Patrick Balkany (a l'unanimitat).
• Vergonha a Netanyahu que demòra prumièr ministre d'Israël.
• Vergonha als calucs de Dius que se'n son preses als toristas dins lo musèu Bardo de Tunis (22 mòrts).
• Vergonha a la mòrt a qu'a pres Florence Arthaud, Camille Muffat, Alexis Vastine e Richard Glatzer.

25/03/2015

Pèça autobiografica de Maurici Andrieu

Dins lo mes d'abrial sortirà L'Estar latina de Maurici Andrieu.
Maurici Andrieu (1933-2011), comedian, òme de ràdio e de television montèt la Comedia occitana tolzana e presentèt Viure al país sus F3. Dins aquel Sol en scèna autobiografic, tòrna sus dos moments importants de sa vida : sa joinessa e son amor del teatre. Conta son jove temps a Tolosa, la mòrt de sa maire e la Segonda Guèrra mondiala amb qualques sejorns en Roergue. Puèi parla de sa passion per la scèna que lo butarà a arrestar la medecina. Es aquel amor del teatre que li valdrà l'escaïs d'Estar latina. Prefaci de Beneset Roux.
Grelh roergàs - CCOR
Place Foch - 12000 Rodez
05-65-68-18-75 - 8 €

18/03/2015

Musèu Bardo de Tunis

Vertat es qu'es bravament coratjós de tombar de toristas
coma de lapins (21 mòrts).

16/03/2015

Coma un nos al ventre


Aqueste matin, la matinala de France Inter èra en dirècte de l'Acadèmia francesa per començar de la setmana de la lenga francesa. Èra fòrça dolorós per ieu d'ausir aquò :

« Nous avons un trésor que nous ignorons. (…) La langue n'est pas seulement une communication. La langue, c'est aussi une manière de penser, de découper le monde, d'organiser les interactions entre les différentes réalités du monde. C'est ça une langue, c'est un regard. Une langue qui s'arrête c'est un regard qui s'éteint. Quand on a forgé [une langue], depuis 1200 ans, ensemble (…), c'est merveilleux ça. Et on s'en fiche, on s'en moque, on le dédaigne, on l'oublie. » (Erik Orsenna)
« La langue, c'est un trésor qui ne coûte rien, qui est à portée de chacun et c'est aussi une certaine approche jouissive, vivante, de ce que nous sommes. » (Marc Lambron)
« La langue, c'est notre République. La langue, c'est ce que nous avons forgé depuis 12 siècles. La langue, c'est ce qui nous unit. (…) Il y a un certain nombre de gens qui sont là depuis longtemps, en France, et notamment des femmes à qui on refuse, d'une certaine manière, de parler la langue française. Comme cela, on restreint leur liberté. Ces questions-là sont absolument clé. Donc [la langue française n'est] pas seulement un trésor qu'on ignore, mais, en ignorant ce trésor, on détruit et on distend la République. » (Erik Orsenna)
« Je crois qu'il y a une disposition de l'être qui est la gratitude. (…) Le monde, il nous a été donné, il nous a été offert par nos prédécesseurs et je crois que, la moindre des choses, c'est de le transmettre aussi beau que nous l'avons reçu. Et ça vaut de la langue aussi. » (Marc Lambron)
« La langue est une architecture, c'est pas seulement la communication. La langue est une vision du monde. (…) Grâce à la culture, on est plus grand. C'est pour ça qu'il faut plus de culture [gause pas metre una “s”] à la France pour être plus grande qu'elle n'est. Et elle n'a jamais été elle-même que quand elle était plus grande qu'elle n'est. Et maintenant, elle n'est pas elle-même parce que qu'elle est plus petite qu'elle n'est. » (Erik Orsenna)


Cossí prononciar aquelses mots e, al còp, chaupir las autras lengas de França ? Es un pauc coma se la França aviá organizat, en çò nòstre e al fial de las annadas, lo desrocament de nòstras capèlas e glèisas romanas, dapasseton, sens bruch, una pèira après l'autra duscas a la darrièira. Quand quicòm vos apareis màger e que lo vòstre país l'avalit volontarament, qué volètz sentir mai qu'un grand tristum e una injustícia prigonda ? Es un defèci intellectual. E, en mai d'aquò, an capitat a far trabalhar lo monde d'aicí contra la lenga de lors ancians. Sai que, jamai perdonarai pas aquò a la França.

12/03/2015