21/03/2013

Uroses los non-violents…

Lo Governament Hollande ratificarà pas la Carta europenca de las lengas regionalas o minoritàrias (èra la 56ena proposicion del candidat Hollande). Totes los amendaments qu'èran en favor de las lengas regionalas son estats regetats del projècte de lei sus la renovacion de l'escòla. Los quites jacobins dison que lo pretèxte d'un avís del Conselh d'Estat los forçava en res a renonciar a la ratificacion de la Carta. Lor podèm far fisança... Lor victòria n'es encara pus polida.
Vaquí çò qu'escriviá Maurici de Bòni del Grelh roergàs dins lo prumièr numerò de la revista Canta-Grelh en 1989 :
« En arrière-plan de notre action, on trouvera toujours la sauvegarde de notre propre identité à travers la défense de notre langue et de notre culture. C’est la seule chose qui importe vraiment pour nous.
Ainsi avons-nous plusieurs projets de lois relatifs à un statut des langues et des cultures régionales. L’une de ces propositions de loi, équilibrée, complétée, actualisée, a été déposée à l’Assemblée nationale el 8 septembre 1988 par M. Jean Briane, sous le n°266. Nous y tenons plus particulièrement pour nous être impliqués personnellement dans sa rédaction : Gilbert Mercadier, Jean Monteillet, André Combettes, Maurice Bony, conjointement avec le député de l’Aveyron.
Nous pensions qu’un ministre de l’Education comme M. Jospin, lui-même signataire d’une proposition de loi sur le même sujet, serait pour le moins ouvert à ces questions. Une fois de plus, nous nous sommes leurrés.
Réponse du Ministre à l’interpellation du député Briane sur sa politique culturelle à l’égard des langues régionales : en France les choses vont bien depuis la loi Deixonne sur ce sujet ! Pas un mot sur la résolution Kuijpers votée par le Parlement européen, le 30 octobre 1987. Pas un mot sur la Charte européenne des langues régionales adoptée par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, le 4 octobre 1988.
Que la France respecte l’esprit et la lettre de ces textes ! Manifestement, elle ne le fait pas.
Récemment encore, en juin, le Parlement a débattu d’une loi d’orientation scolaire. A cette occasion, quelques députés ont tenté, par le biais d’amendements, de faire reconnaître l’intérêt d’une identité et d’une culture régionales. Tous les amendements ont été rejetés.
Il s’agit bien là d’une volonté d’exclusion systématique, au mépris des engagements pris devant les électeurs comme au sein des assemblées internationales. » 
1989-2013 : 24 ans. Res a doncas pas cambiat. Qué far ? Sèm lasses. N'i a un sadol de se justificar suls avantatges del bilingüisme, sus la qualitat literària de l'òbra dels trobadors-qu'an-inventat-e-la-rima-e-l'amor-cortés… Volèm juste qu'una lenga crebe pas. 
Avèm pas res a esperar dels elegits, o vesèm ben. Avèm pas res a esperar dels nautres (çò mai dolorós). Los francimands afrancimandats se fretan las mans mas i comprenon pas res talament son afrancimandats. Lo mesprètz los confla. Se conflan e fan montar dins l'èime de los que se sentisson umiliats un sentiment anti-francés. Un matin, ausiguère Alain-Gérard Slama dire sus Cultura que la dominacion culturala èra bravament pus violenta que la dominacion economica. Creguère de somiar. Me peciguère. Parlava de las colonias, evidentament… Duèi, la jornada de la Francofonia a un gost amar. Mas "tot venceire insolent a sa pèrda trabalha" a dich La Fontaine. Veiràn ben amb l'anglés. "Te ritz pas de ton vesin que çò teun es en camin.” I serai, ieu tanben, per parar lo francés de l'anglés, i soi ja.
Dins aquela epòca ont cal de responsables en tot, qual en França poiriá èsser jutjat responsable de la mòrt d'una lenga ? La França ? Non-assisténcia a lenga en dangièr caracterizada. Aquò se plaijariá pas en defòra de França ? Sèm coma de presonièrs politics qu'esperarián lo secors de quicòm que vendriá d'endefòra nos tornar nòstres dreches e nòstra dignitat. Nos caldriá una decision supranacionala. Nos caldriá un Robert Badinter breton o occitan especialista del drech internacional.

Aucun commentaire: