30/06/2010

6 meses

Fa sièis meses que Hervé Guesquière e Stéphane Taponier, jornalistas de França 3, son retenguts en Afganistan.

28/06/2010

Pan de la pensada, pan de la vida

Victor Hugo, Assemblée Nationale, 10 novembre 1848 (extraits)
« Personne plus que moi, messieurs, n’est pénétré de la nécessité d’alléger le budget. Seulement, à mon avis, le remède à l’embarras de nos finances n’est pas dans quelques économies chétives et détestables. Ce remède serait, selon moi, plus haut et ailleurs. Il serait dans une politique intelligente et rassurante qui donnerait confiance à la France, qui ferait renaître l’ordre, le travail et le crédit.
Je dis, messieurs, que les réductions proposées sur le budget spécial des sciences, des lettres et des arts sont mauvaises. Elles sont insignifiantes au point de vue financier.
Je vais vous montrer combien le ravage serait grand.
J’ai dressé cette nomenclature. Je demande à l’assemblée la permission de la lui lire.
Les réductions proposées atteignent : Le collège de France, le muséum, les bibliothèques, l’école des chartes, l’école des langues orientales, la conservation des archives nationales, l’école des beaux arts de Paris, l’école de dessin de Dijon, le conservatoire, les succursales de province, les musées des Thermes et de Cluny, nos musées de peinture et de sculpture. En outre, ces réductions atteignent dès à présent les théâtres.
Quel est, j’en appelle à vos consiences, j’en appelle à vos sentiments à tous, quel est le grand péril de la situation actuelle ? L’ignorance, encore plus que la misère. L’ignorance qui nous déborde, qui nous assiège, qui nous investit de toutes parts.
On pourvoit à l’éclairage des villes,
On allume tous les soirs, et on fait très bien, des réverbères dans les carrefours, dans les places publiques ; quand donc comprendra-t-on que la nuit peut se faire aussi dans le monde moral, et qu’il faut allumer des flambeaux pour les esprits ?
Si je veux ardemment, passionnément, le pain de l’ouvrier, le pain du travailleur, qui est mon frère, à côté du pain de la vie, je veux le pain de la pensée, qui est aussi le pain de la vie. Je veux multiplier le pain de l’esprit comme le pain du corps. »
(Mercé a Vincent Josse per la publicacion d'aquel discors (aquí), Vincent Josse que vei tanben son emission "Esprit critique" escampada de France Inter.)

23/06/2010

Guillon e Porte remandats

Aqueste còp i sèm. Stéphane Guillon a fach son darrièr bilhet aqueste matin sus France Inter. Didier Porte es remandat tanben. Los umoristas coma elses son necessaris a la democracia. Lo patron d'Inter, Jean-Luc Hees, a dich : "Si l'humour se résume à l'insulte, je ne peux le tolérer pour les autres mais également pour moi. Quel patron d'une grande entreprise accepterait de se faire insulter par un de ses salariés sans le sanctionner ?" (Mès, quand parla de "patron", parla d'el o de Sarkozy ?) Lo problèma es que los umoristas son aquí per aquò, siquenon son pas umoristas. Pensatz que Guillon o Porte ne fasián mai que Pierre Desproges dins lo "Tribunal des flagrants délires" o Antoine De Caunes dins "Nulle part ailleurs" ? Non. Se pensatz lo contrari, tornatz-los escotar, veiretz. Aurem lèu pas que de monde coma Michel Drucker, de monde que son aquí pas que per alisar lo poder en plaça. E ieu, aquò me fa cagar. Ieu que coneisse la grilha de France Inter a totas las oras del jorn e de la nuèch, ieu qu'escote pas qu'aquò, duèi, soi plan contristada...
O pòt far son braç d'onor, Guillon, l'onor es de son costat. Mancaràn pas de trabalh, de segur, dins lo privat, mès aquò fa vergonha pel servici public, perdon, pel servici-als-òrdres.
(*E òsca a Stéphane Bern que ditz, a la fin del bilhet de Porte : "Je vous soutiens, Didier." Deuriái escriure "que gausa dire"... Qual sap de qué va far lo personal d'Inter ?) E mercé a JP per la videò.
Lor podètz anar brandir las pelhas aquí.

21/06/2010

França 2010

(Bertrams dins Courrier international)

Junh de 2010

• Òsca a l'idèia de metre de fedas dins los pargues urbans per pàisser.
• Òsca a Rama Yade, secretària d'Estat als espòrts, que ditz que la còla de foot francesa deuriá pas èsser dins una ostelariá tan polida en Africa del Sud per la copa del monde. E vergonha a totes los del governament que li tomban dessús.
• Vergonha als caçaires qu'an ara la possibilitat de caçar pertot : s'avèz de tèrras, podètz pas pus defendre als caçaires d'i dintrar, si que non aquò vos costarà 1500 €.
• Vergonha a France Inter que tusta sus sos umoristas (jà Guillon e ara Porte). L'ai escotada la cronica de Porte, s'amaginava que Dominique de Villepin aviá la malautiá de Gilles de La Tourette e li fasiá dire : "J'encule Sarkozy". Ieu, aquò m'a fach rire d'amaginar aquel grandàs rèdde dire aquò. I aviá pas de que metre qualqu'un defòra... Los umoristas son aquí per anar de l'altre costat de la linha, coma Coluche o Desproges a l'epòca. Mès los temps cambian e benlèu que France Inter es de mai en mai als òrdres de l'Estat. Philippe Val, director, se deuriá sovenir de çò que fasiá (e de çò que disiá), el, quand èra liure. E ieu, qu'ère tant urosa de lo veire arribar sus Inter...
• Vergonha a Brice Hortefeux que demòra en plaça (ministre de l'endedins) amai s'es estat condamnat per injúria racista (quand n'i a un aquò va plan, es quand n'i a un fais qu'aquò pausa problèma). Fa apèl. Veirem ben après...
• Vergonha a Christine Boutin (anciana ministra) que s'es vista balhar una mission per Sarkozy per un salari mesadièr de 9500 € (en mai de sa retirada de 6000 € d'anciana parlamentària). Ela que se ditz crestiana, o vei pas qu'es violent d'aprene aquò ? E quantes n'i a qu'an de missions coma aquò ? La violéncia es pas totjorn ont la cresèm. De qué lor cal ? Una revolucion ? (Amb tot aquel sarrabastal, Boutin renoncia a sa paga per la mission mès troba qu'es pas normal de recuolar davant lo vejaire del pòble alara que son salari èra legal. Res l'estrangola pas, ela !)
• Vergonha a la mòrt qu'a presa Ginette Garcin, comediana.
• Òsca al governament britanic que demanda perdon pel Bloody sunday (lo 30-01-1972, l'armada tuèt 14 catolics que manifestavan pacificament en Irlanda del Nòrd). E tornatz escotar la cançon de U2.
• Vergonha a la mòrt qu'a pres José Saramango, escriveire portugués (87 ans), Nobèl de Literatura 1998.
• Vergonha a los que daissaràn escampilhar sus Dien Bien Phu las cendres de Bigeard, defuntat lo 18 de junh. Per parlar pas que d'Algeria, èran sonats "crevettes Bigeard" los Algerians, pès motlats dins de beton, qu'èran escampats vius d'elicoptèr dins Mediterranèa.
• Vergonha a la nòta de 12 000 € de cigarros pagada per l'Estat francés pel secretariat d'Estat al desvolopament manejat per Christian Blanc. Sarratz-vos la cencha, Franceses !
• Òsca a Eva Joly que demanda la demission d'Eric Woerth (ministre del trabalh) qu'a una femna que s'ocupava dels afars de Liliane Bettancourt (L'Oréal, femna la mai rica de França) al moment qu'èra ministre del budget (e que se conflava de far la caça als ricasses amagaires d'argent), ara qu'òm sap que la Bettancourt a un fais d'argent rescondut dins de paradís fiscals. Los enregistraments que mostran aquò dison tanben qu'es estat aconselhat a la Bettancourt de crompar la justicia, en balhant un pauc d'argent al poder en plaça, dins lo plaijadís qu'a amb la siá filha. Eva Joly demanda doncas tanben de cambiar los procuraires dins aquel afar. Pas polit polit tot aquò...
• Òsca a Israèl que leva un bocinon lo blocús sus Gaza.
• Òsca al s Georgians qu'an davalada l'estatua de Staline qu'èra sus la plaça centrala de Gori (end èra nascut en 1879). Aquò s'es fach de nuèch, al rescondut, mès es estat fach...
• Vergonha a France Inter (encara) qu'arresta d'emissions de qualitat e plan escotadas (Et pourtant elle tourne, Esprit critique…).
[Debuta de l'afar Bettencourt-Woerth que se deuriá pas arrestar aquí, se lo país es una democracia vertadièira.]

20/06/2010

Conariá ordinària

Churchill davant la conariá ordinària / Churchill après la conariá ordinària
(sus las parets del musèu Britain at war de Londres).

18/06/2010

RSF per una premsa liura en França (tanben)

Appel du 18 juin 2010 pour une presse libre

A tous les journalistes et citoyens français
Attendu que le pouvoir exécutif tente d'influer sur l'avenir de l'un des principaux quotidiens du pays,
Attendu que les humoristes sont rappelés à l'ordre pour leur irrévérence,
Attendu que les journalistes protégeant leurs sources ou remplissant leur fonction sont mis en examen comme de vulgaires receleurs ou de dangereux délinquants,
Attendu que ces faits se produisent ironiquement quelques mois après l'adoption par le Parlement d'une loi protégeant les sources des journalistes,
Attendu que la France occupe une place indigne d'elle (43e) dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières,
Nous, journalistes indépendants et souhaitant le rester, ou citoyens attachés à l'accès à une information libre et indépendante, avons décidé de lancer cet appel, en hommage à celui qui a signé l'acte de naissance d'une France libre, et dont nous célébrons le soixante-dixième anniversaire.
Les hommes politiques et dirigeants d'entreprises qui, depuis de nombreuses années, tentent de placer leurs proches à la tête des médias, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement a intensifié le combat contre la presse indépendante.
Certes, nous avons été, et sommes toujours, submergés par les difficultés économiques de la presse.
Infiniment plus que leur nombre, ce sont les manœuvres, les plaintes, les intimidations du pouvoir et de ses proches qui nous font reculer. Ce sont leurs manœuvres, leurs plaintes, leurs intimidations qui ont surpris nos rédactions au point de les amener là où elles en sont aujourd'hui.
Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !
Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la presse libre en France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent nous faire triompher un jour de nos censeurs.
Car les journalistes français ne sont pas seuls ! Nous ne sommes pas seuls ! Nous avons un vaste soutien derrière nous. Nous pouvons faire bloc avec nos lecteurs et auditeurs qui tiennent à la liberté de ton et continuent la lutte. Ils peuvent, comme dans d'autres pays, assouvir sans limites l'immense envie d'être informés librement.
Ce combat n'est pas limité au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre est une guerre médiatique mondiale. Toutes les fautes, tous les suivismes, toutes les compromissions, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour vaincre un jour nos censeurs. Foudroyés aujourd'hui par la force de l'influence et de la finance, nous pourrons triompher dans l'avenir par une force de mobilisation supérieure. Le destin de notre métier et de notre liberté est là.
Moi, journaliste, j'invite les lecteurs, les auditeurs et les téléspectateurs ainsi que les responsables de rédaction et les professionnels de l'information qui se trouvent en territoire français ou qui viendraient à s'y trouver, à signer cet appel.
Quoi qu'il arrive, la flamme de la presse indépendante ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.
Demain, comme aujourd'hui, restons mobilisés.

18 de junh

(Vist dins Libération)

16/06/2010

Bloody sunday

Lo governament britanic ven de se desencusar pels 14 catolics mòrts jos las balas de l'armada en Irlanda del Nòrd lo 30 de janvièr de 1972, alara qu'èran a manifestar pacificament.

15/06/2010

L'adiu de Pagnol a Raimu

Aqueste ser, soi tombada sus lo "Cesar" (1936) de Pagnol (1895-1974) a la television. Fa de temps que l'aviái pas vist mès lo jòc de Raimu (1883-1946) m'espanta totjorn. Aquò me fasquèt pensar a l'omenatge que Pagnol aviá escrich al moment de la mòrt de Raimu. Auriái melhor estimat de legir aquel omenatge en òc, mès aquò's atal.*
« On ne peut pas faire un discours sur la tombe d'un père, d'un frère ou d'un fils. Tu étais pour moi les trois à la fois. Je ne parlerai pas sur ta tombe. D'ailleurs, je n'ai jamais su parler, car c'était Raimu qui parlait pour moi. Tu es aujourd'hui muet pour toujours. Ta grande et pathétique voix s'est tue et mon chagrin fait mon silence. Devant Delmont, qui pleurait sans savoir, Jean Gabin a croisé tes mains sur ta poitrine. J'ai pieusement noué le papillon de ta cravate, et tous ceux de notre métier sont venus te saluer. Longuement, nous avons médité devant cette lourde statue de toi-même. Nous avons découvert ce masque si noble que la vie nous avait caché. Pour la première fois, tu ne riais pas, tu ne criais pas, tu ne haussais pas tes larges épaules. Et pourtant tu n'avais jamais tenu autant de place, et cette présence de marbre nous écrasait par ton absence. Alors, nous avons su qui tu étais. Des journalistes, des cinéastes arrivaient par-dessus les frontières. Tu n'étais que notre ami. Nous avons vu brusquement que ton génie faisait partie du patrimoine de la France et que des étrangers, qui ne t'avaient pas vu vivant, pleuraient de te voir mort. Tu prenais sous nos yeux ta place brusquement agrandie. Et puis, il est venu des hommes qui ont enfermé dans un coffre énorme tant de cris, tant de rires, tant d'émotions, tant de génie. Par bonheur, il nous reste des films, qui gardent ton reflet terrestre, le poids de ta démarche, l'orgue de ta voix. Ainsi, tu es mort, mais tu n'as pas disparu. Tu vas jouer ce soir dans trente salles, et des foules vont rire ou pleurer ! Tu exerces toujours ton art, tu continues à faire ton métier. Je mesure aujourd'hui toute la reconnaissance que nous devons à la lampe magique qui rallume les génies éteints, qui refait danser les danseuses mortes et qui rend à notre tendresse le sourire des amis perdus. »
* Se ne volètz saupre mai sul rapòrt dels escriveires coma Giono, Delteil, Salvaing o Mauriac amb la lenga occitana, podètz legir lo libre de Philippe Gardy "L'ombre de l'occitan".

14/06/2010

11/06/2010

Violéncia ordinària


Farai pas de revirada per plan servar sos mots : « [Je renonce à ce salaire de 9500 €] alors que tout est légal, ce qui pose une question fondamentale qui est celle de savoir, dans un Etat de Droit où la loi est respectée, il faut plier sous le poids de la tourmente médiatique. »

06/06/2010

Lo parpalhòl lo mai bèl d'Euròpa dins mon òrt

Pavon bèl de nuèch (saturnia pyri, grand paon de nuit), 15 cm. A pas cap de trompa (que manja pas) e viu pas qu'una setmana. E me pòde pas empachar de vos balhar la nòta de Jean-Henri Fabre (de mon país) sus aquel parpalhòl : aquí.

4 de junh, Nadau a Anglars-Sant-Faliç (12)