29/01/2010

Clearstream

Ièr, De Villepin es estat innocentat pel tribunal correccional. Sarkozy coma plaijaire podiá pas far apèl. Sol lo Ministèri public pòt far apèl. Lo Minitèri public es jos l'autoritat de la ministra de la Justicia, Michèle Alliot-Marie, que plega l'esquina davant Sarkozy. Duèi, òm nos ditz que lo Ministèri public fa apèl de la decision d'ièr. Qual me pòt balhar un argument per justificar l'apèl interjetat per un Parquet in-de-pen-dent contra lo jutjament del tribunal correccional ? D'arguments per justificar la demanda dirècta e pas brica resconduda de Sarkozy, n'ai.
(A aquelses que diràn qu'ai causida la fòtò pas que per me trufar de Sarkozy, respondrai : òc !)

Me pause una question...

Perqué lo monde de Lengadòc-Rossilhon contunhan de votar per Frêche ? Per de monde d'esquèrra, an pas gaire lo gost del cambiament... I a pas degús a costat d'el ? A sai que pas daissat butar qualqu'un mai… Me pense pas qu'es l'òrre antisemita, l'òrre racista que d'unses vòlon o dire, pense puslèu qu'es un sabent que fa de blagas de bistròs (de la mèma mena que las de Charrasse). Mès es vièlh, n'i a sai pas quant de temps qu'es en plaça, a pas gaire de santat, comença d'alassar amb sas blagas a doas balas e, sustot, del vejaire de qualqu'un d'endefòra, es l'incarnacion regionala del poder per clientelisme. A pas quicòm mai a far dins sa vida ? Òm ditz que cadun fa son temps mès el, sembla que vòlga far tanben lo temps dels altres. N'i a tròp, a mon gost, qu'al luòc d'aprestar la seguida per contunhar lo trabalh de lor familha politica, pensan pas qu'a lor persona que lor sembla talament indispensabla. Après elses : lo deluvi.

Sosten a Greenpeace

(AFP - Jean-Paul Barbier)

25/01/2010

RSF


« Deux reporters de France 3, un rédacteur et son cameraman, et leurs deux accompagnateurs afghans, ont été enlevés le 29 décembre 2009. Ils enquêtaient sur la construction d’une route dans la province de Kapisa (au nord-est de Kaboul). Leur chauffeur a été libéré, mais il serait détenu par l’armée afghane, soupçonné d’être un complice des ravisseurs.
Claude Guéant a reconnu que cet enlèvement avait suscité la colère du président Nicolas Sarkozy qui a dénoncé à leur propos une "imprudence vraiment coupable", évoquant le fait que "il leur avait été très clairement demandé de ne pas s’aventurer ainsi parce qu’il y a des risques". "Ils font courir des risques aussi à beaucoup de nos forces armées, qui du reste sont détournées de leurs missions principales. » a-t-il ajouté.
Si la profession est prête à faire preuve de retenue dans cette affaire, elle ne peut accepter que le travail des deux journalistes soit dénigré alors même qu’ils sont aux mains de leurs ravisseurs et qu’ils n’ont pas livré le récit de leur enlèvement. » (Reporters sans frontières)
De crompar per los sosténer, 100 fòtòs de Géo per la libertat de la Premsa, 9,90 €.

22/01/2010

Janvièr de 2010

• Vergonha a la mòrt qu'a presa Lhasa de Sela, 37 ans, cantaira.
• Vergonha a las escòlas bèlas de França que refusan de veire, dins lors efectius, 30 % de borsièrs. Alain Minc (major de l'ENA) e François Pinault (autòdidacte) signan una tribuna comuna dins Lo Monde.
• Vergonha a la mòrt qu'a pres Philippe Séguin a 66 ans. Amai s'èra un pauc tròp soveranista a mon gost, me pense qu'èra un òme drech. E pièi m'aviá fach plaser quand aviá petada la pòrta del RPR vengut UMP quand vegèt cossí aquel partit se virava a drecha, dins una drecha descomplexada. E tanben quand, coma president de la Cor dels Còmptes, aviá criticat las despensas dels Sarkozy a l'Elisèa.
• Vergonha al Japon, a la Norveja e a l'Islanda que contunhan de caçar las balenas (lor caça comerciala es defenduda dempièi 1986).
• Vergonha al sidà qu'a pres Manu Solo a 46 ans. Èra lo filh de Cabu.
• Vergonha a la mòrt qu'a pres Eric Rohmer, 90 ans.
• Vergonha a Patrick Devedjian, ministre, que repotega contra lo Conselh Constitucional.
• Vergonha a Air France que vòl far pagar pus car lo monde que son gròsses.
• Vergonha a Claude Guéant, secretari general de Sarkozy, que ditz que los dos jornalistas de França 3 son estats imprudents. Quin jornalista de guèrra pòt èsser prudent ? Vertat que, el, a pas a avure paur d'èsser pres pels Talibans... Los secretaris deurián demorar a lor plaça de secretari.
• Òsca a Obama que tusta sus las bancas (que tòrnan començar a far las colhas).
• Vergonha a l'indecéncia de la paga dels traders e dels patrons del Cac 40, vengonha als conselhs d'administracion que lor balhan aquelas pagas (sovent mai de 100 000 € per mes). La crisi, aquò's pas que pels pichons.
• Vergonha a la mòrt qu'a pres J. D. Salinger (L'attrape-cœurs).

15/01/2010

Alain-Gérard Slama sus Cultura

« Si je comprends bien, Lilian Thuram a cherché dans son livre à se réapproprier une mémoire qui lui a été confisquée, celle de sa lignée et celle des Noirs dont l'apport à l'humanité a été occulté. Et nul doute qu'il y ait là une blessure puisque, Frantz Fanon l'a bien montré, la frustration du colonisé a été d'ordre essentiellement culturel. Une partie importante de son humiliation et de son désir de revanche est d'avoir été dépossédé de son histoire et de sa culture. Plus encore que la domination économique et sociale par la force, ce fut à n'en pas douter le crime majeur de la colonisation occidentale. Et, puisque ce matin on se réfère à des expériences personnelles, je vous dirais que l'ancien Français de la Tunisie coloniale que je suis, a pu vivre les quinze premières années de sa vie qu'il a passée dans ce pays en ayant à peu près tout ignoré de l'islam et de la langue arabe. Il y a eu là un aveuglement contre lequel certes quelques orientalistes, historiens, sociologues et écrivains se sont alors insurgés, un Louis Massignon, un Jacques Berg, un Charles-André Julien, un Albert Memmi, mais cela ne faisait pas grand monde. Or, on se remet relativement vite d'une domination politique, beaucoup plus longuement et difficilement d'une domination culturelle. Et ce de point de vue, le témoignage de Lilian Thuram fait œuvre utile et les biographies de Noirs exemplaires qu'il nous donne à lire, qui sont toutes passionnantes, dont la plupart seront pour nous des découvertes, combleront de façon opportune beaucoup, beaucoup d'ignorances. Cela dit, je voudrais poser une question, qui était d'ailleurs celle de Fanon. Nous savons que de la domination coloniale les anciens colonisés ont retenu des valeurs qui leur ont été transmises par le colonisateur et qu'ils ont retournées contre lui. C'est autour de ces valeurs d'Egalité, de Liberté, de Justice qu'ils se sont associés et qu'ils sont parvenus à se libérer. En second lieu, s'est posé le problème de la langue. La plupart des dirigeants des mouvements de libération nationaux se sont exprimés en français, les grands auteurs qui ont nourri leur imaginaire étaient de langue française, qu'il s'agisse de Fanon lui-même, de Yassine, Césaire ou Sanghor, leur œuvre s'est inscrite dans les sommets de la littérature française. Ce sont ces œuvres pourtant qui ont contribué les colonisés à se révéler à eux-mêmes. Alors, la question qui se pose est la suivante : la réappropriation de sa culture personnelle est une chose, une nécessité sans doute, la négation de la culture qu'un accident de l'histoire, à savoir la colonisation, a fait acquérir, est une autre chose. Faut-il nécessairement passer de l'étape de la réapporpriation à celle de la négation pour arriver à une synthèse hégélienne ? C'est probable mais ce processus de la négation me paraît durer bien longtemps maintenant et je crois profondément qu'il existe un raccourci. Il me semble en effet que ceux qui ont eu la chance d'accéder, par la réussite de leur vie, à la reconquête de ce qu'ils sont, devraient s'interroger sur le point de savoir si l'accomplissement d'une vie est bien le retour aux sources, avec le risque de repli et de fermeture que cela comporte ou si ce n'est pas l'accès à l'universel que favorise précisément la possession de plusieurs cultures. Autrement dit et pour conclure, je ne crois pas que l'entente entre les hommes soit possible aussi longtemps que chacun enfermera l'autre dans ses spécificités de culture ou de couleur, même si le problème de la couleur est plus particulièrement spécifique et lourd. Reconnaître dans l'autre ce qu'il est, ce n'est pas à mes yeux reconnaître le Juif, le Musulman, le Noir, c'est reconnaître, pour paraphraser la formule de Sartre un homme fait de ce que sont tous les hommes, c'est viser ensemble au dépassement de ce qui nous sépare et rechercher ce qui nous rapproche. » (14-01-10)

09/01/2010

06/01/2010

Descobèrta

Dempièi qualques temps, ai entrepres de crompar los albums joinessa qu'an avut lo Prèmi Baobab (qu'existís dempièi 2000). Tot còp ne crompe un. Vos ai ja dich ma passion per Rebecca Dautremer. Lo darrièr que crompère es aquel. Soi tombada muda davant las illustracions redondas de François Roca. Es l'istòria de vida d'un òme-tronc. Se lo crosatz dins una librariá (lo libre, pas l'òme-tronc), dubrissètz-lo, veiretz. Vo'n dise pas mai e vos o aconselhe.

05/01/2010

Legit dins lo pichon libre orange del MoDem


Podètz trapar lo contengut del libre aquí.

Lhasa de Sela (1972-2010)


Lhasa es mòrta lo jorn de l'an a 37 ans. Lo cancèr l'a presa. Èra una amiga de Vincent Delerm. Aquel aviá escricha una cançon per totes dos (qu'arribe pas a trapar enluòc). Duèi, Vincent Josse publica un mòt de Delerm sus son blòg. Aquí. Aviá cantat amb Arthur H tanben. Aicí.

02/01/2010

Chanel e Stravinsky

De Jan Kounen, 2009.
Amb Anna Mouglalis, Mads Mikkelsen e Natacha Lindinger.
Mai que la vida de Coco Chanel, lo film nos conta l'istòria d'amor, una passion viva, entre ela e lo compositor del Sacre du Printemps. Es plan filmat, lo lum es polit e las scènas d'amor fòrça sensualas. E la musica ! I a qualquas longors mès fa pas res (a recomendar pas a los qu'aiman l'accion bom-bom-badabom).