18/06/2010

RSF per una premsa liura en França (tanben)

Appel du 18 juin 2010 pour une presse libre

A tous les journalistes et citoyens français
Attendu que le pouvoir exécutif tente d'influer sur l'avenir de l'un des principaux quotidiens du pays,
Attendu que les humoristes sont rappelés à l'ordre pour leur irrévérence,
Attendu que les journalistes protégeant leurs sources ou remplissant leur fonction sont mis en examen comme de vulgaires receleurs ou de dangereux délinquants,
Attendu que ces faits se produisent ironiquement quelques mois après l'adoption par le Parlement d'une loi protégeant les sources des journalistes,
Attendu que la France occupe une place indigne d'elle (43e) dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières,
Nous, journalistes indépendants et souhaitant le rester, ou citoyens attachés à l'accès à une information libre et indépendante, avons décidé de lancer cet appel, en hommage à celui qui a signé l'acte de naissance d'une France libre, et dont nous célébrons le soixante-dixième anniversaire.
Les hommes politiques et dirigeants d'entreprises qui, depuis de nombreuses années, tentent de placer leurs proches à la tête des médias, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement a intensifié le combat contre la presse indépendante.
Certes, nous avons été, et sommes toujours, submergés par les difficultés économiques de la presse.
Infiniment plus que leur nombre, ce sont les manœuvres, les plaintes, les intimidations du pouvoir et de ses proches qui nous font reculer. Ce sont leurs manœuvres, leurs plaintes, leurs intimidations qui ont surpris nos rédactions au point de les amener là où elles en sont aujourd'hui.
Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !
Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la presse libre en France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent nous faire triompher un jour de nos censeurs.
Car les journalistes français ne sont pas seuls ! Nous ne sommes pas seuls ! Nous avons un vaste soutien derrière nous. Nous pouvons faire bloc avec nos lecteurs et auditeurs qui tiennent à la liberté de ton et continuent la lutte. Ils peuvent, comme dans d'autres pays, assouvir sans limites l'immense envie d'être informés librement.
Ce combat n'est pas limité au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre est une guerre médiatique mondiale. Toutes les fautes, tous les suivismes, toutes les compromissions, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour vaincre un jour nos censeurs. Foudroyés aujourd'hui par la force de l'influence et de la finance, nous pourrons triompher dans l'avenir par une force de mobilisation supérieure. Le destin de notre métier et de notre liberté est là.
Moi, journaliste, j'invite les lecteurs, les auditeurs et les téléspectateurs ainsi que les responsables de rédaction et les professionnels de l'information qui se trouvent en territoire français ou qui viendraient à s'y trouver, à signer cet appel.
Quoi qu'il arrive, la flamme de la presse indépendante ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.
Demain, comme aujourd'hui, restons mobilisés.

5 commentaires:

Florenci Salesas a dit…

La libertat de informacion, la censura e la manipulacion de vegades existeixen dins los estats que òm supausa coma los mai democràtics. Cal luchar totjorn. La libertat de informacion se dona per garantida e aquò jamai és així, necessariament.

A mai, la crisi a fach que de mai en mai los journals e magazins sián en paucas mans. Sai ço que pausa a Occitània, que los journals diaris grans compren els pichons e la informacion cada jorn es en mens mans. Los journals mantenen lo sieu nom mas las informacions sont mai clonics, mia unificats. Aicí pausa lo mateis. Es pas una situació sana. ES plan trist :(

Patricia a dit…

As plan vist, Florenci.
Lo jornal "Le Monde" es a crompar e s'es dich que Sarkozy aviá assajat de metre son nas dins aquel afar. Pièi los umoristas (Stéphane Guillon e Didier Porte) que trabalhan sus la radiò publica francesa (France Inter) an de mai en mai de mal a far lor trabalh (los avertiments son nombroses per los far calar) e sabèm pas se seràn totjorn al micrò a la dintrada de setembre 2010. La setmana passada, un jornalista es estat metut en examen per çò que aviá contat cossí Sarkozy parlava al moment qu'èra en off dins una emission de television. Nos daissarem pas far !

Florenci Salesas a dit…

Aquò es inacceptable. Ieu soi totalament amb vosautres.

Patricia a dit…

:)

manjacostel a dit…

Oc Oc Oc, pais ridicul e que fa la leiçon als autres , que parla de longa de diversitat, de libertat ... L'arrogance française des cagoulards, et jacobins de tota mena , qui ne fait plus rire personne.