15/01/2010

Alain-Gérard Slama sus Cultura

« Si je comprends bien, Lilian Thuram a cherché dans son livre à se réapproprier une mémoire qui lui a été confisquée, celle de sa lignée et celle des Noirs dont l'apport à l'humanité a été occulté. Et nul doute qu'il y ait là une blessure puisque, Frantz Fanon l'a bien montré, la frustration du colonisé a été d'ordre essentiellement culturel. Une partie importante de son humiliation et de son désir de revanche est d'avoir été dépossédé de son histoire et de sa culture. Plus encore que la domination économique et sociale par la force, ce fut à n'en pas douter le crime majeur de la colonisation occidentale. Et, puisque ce matin on se réfère à des expériences personnelles, je vous dirais que l'ancien Français de la Tunisie coloniale que je suis, a pu vivre les quinze premières années de sa vie qu'il a passée dans ce pays en ayant à peu près tout ignoré de l'islam et de la langue arabe. Il y a eu là un aveuglement contre lequel certes quelques orientalistes, historiens, sociologues et écrivains se sont alors insurgés, un Louis Massignon, un Jacques Berg, un Charles-André Julien, un Albert Memmi, mais cela ne faisait pas grand monde. Or, on se remet relativement vite d'une domination politique, beaucoup plus longuement et difficilement d'une domination culturelle. Et ce de point de vue, le témoignage de Lilian Thuram fait œuvre utile et les biographies de Noirs exemplaires qu'il nous donne à lire, qui sont toutes passionnantes, dont la plupart seront pour nous des découvertes, combleront de façon opportune beaucoup, beaucoup d'ignorances. Cela dit, je voudrais poser une question, qui était d'ailleurs celle de Fanon. Nous savons que de la domination coloniale les anciens colonisés ont retenu des valeurs qui leur ont été transmises par le colonisateur et qu'ils ont retournées contre lui. C'est autour de ces valeurs d'Egalité, de Liberté, de Justice qu'ils se sont associés et qu'ils sont parvenus à se libérer. En second lieu, s'est posé le problème de la langue. La plupart des dirigeants des mouvements de libération nationaux se sont exprimés en français, les grands auteurs qui ont nourri leur imaginaire étaient de langue française, qu'il s'agisse de Fanon lui-même, de Yassine, Césaire ou Sanghor, leur œuvre s'est inscrite dans les sommets de la littérature française. Ce sont ces œuvres pourtant qui ont contribué les colonisés à se révéler à eux-mêmes. Alors, la question qui se pose est la suivante : la réappropriation de sa culture personnelle est une chose, une nécessité sans doute, la négation de la culture qu'un accident de l'histoire, à savoir la colonisation, a fait acquérir, est une autre chose. Faut-il nécessairement passer de l'étape de la réapporpriation à celle de la négation pour arriver à une synthèse hégélienne ? C'est probable mais ce processus de la négation me paraît durer bien longtemps maintenant et je crois profondément qu'il existe un raccourci. Il me semble en effet que ceux qui ont eu la chance d'accéder, par la réussite de leur vie, à la reconquête de ce qu'ils sont, devraient s'interroger sur le point de savoir si l'accomplissement d'une vie est bien le retour aux sources, avec le risque de repli et de fermeture que cela comporte ou si ce n'est pas l'accès à l'universel que favorise précisément la possession de plusieurs cultures. Autrement dit et pour conclure, je ne crois pas que l'entente entre les hommes soit possible aussi longtemps que chacun enfermera l'autre dans ses spécificités de culture ou de couleur, même si le problème de la couleur est plus particulièrement spécifique et lourd. Reconnaître dans l'autre ce qu'il est, ce n'est pas à mes yeux reconnaître le Juif, le Musulman, le Noir, c'est reconnaître, pour paraphraser la formule de Sartre un homme fait de ce que sont tous les hommes, c'est viser ensemble au dépassement de ce qui nous sépare et rechercher ce qui nous rapproche. » (14-01-10)

3 commentaires:

JP la rapieta a dit…

'Quò es tot Slama aquò. Qua'iment s'escusar d'estre un reac de dreita e dire a la gent coma eu somnha que « los bons francès » son o b'etot devrian estre ; 'quò es de dire - blancs catolics eterosessuaus e subretot, granda angoessa dau Slama 'niversalists, tant dire parisiens.

Per ma pera, ai apres que 'quela saloperia es nascut « dins l'Empira », marcè per l'infò, comprene mielhs aura las obsecions dau tipe, son benleu las mesma que qu'ilhs dau sit
http://www.communautarisme.net

manjacostel a dit…

Aquò's un plaser d'escotar cada matin, Duhamel , Adler, Slama , o autres.
Per exemple aqueste matin Adler expliquèt qu'èra una vincida de la democracia, l'eleccion d'un òme de la mena dels chicagos boys dins Chili, una prova de maduresa per el.Vòli plan. Lo juòc de la democracia , un jòc qué. Lo cambiament democratic. Coma se festejèt lo Jospin(l'òme que se volia pas se trachar de la gestion de las entreprèsas de l'estat e que gausa encara nos far cag...) coma se lo Nicolas gausava pas d'o far). Jospin a la placa de Balladur.L'UMP-S que . Es pas bèla la democracia? Que l'elegit de Santiago, rebala ambe el, qualques amics que foguèron ministres del temps del Pinochet. Pas grèu dis Adler. Just un biais d'o veire de sicuts estranhs? Mas dins Franca Kultur sabon de notar totes los sinhes.
França Kultur , sab de notar los sinhes polits tre qu'arriban de la drècha, que los troba curios qu'arribèssen d'esquèrra.
Pas grèu...Tot passa...
Per Slama , aquò's pas çò misma. L'òme es valent , aimable simpatic . Dins l'article citat parla subretot dels arabis. Pas de las minoritas de França qu'es un problème, resolgut, fa bèl temps...Per el. Que cal totjorn comprendre qual parla de qual, per se pas enganar.
E li cal pausar la question...
Per la rescontre de Pétrarque cal anar al Clapas.
L'òme simpatic se mesfisa mai que fòrt del comunautarisme, de l'etnisme, que ieu soi d'accòrdi; levat quand compreguèri, un jorn, que ieu, fasiai partit del "seu" etnisme" del seu comunautarisme asorat.
Alara tot venguèt clar.
L'ausiguèri parlar per exemple de la numerisacion de la bibliotèca "nacionala" per dire a quicòm pròcha que calia pas la metre entre totas las mans. Que d'unes se podrian far de conclusions falordas. Levat que cada istorian francés deu butar, levar, los manuscriches de lenga d'òc per se recaptar una istòria medievala françèsa de farlabica... Qu'escaufan a nòstra istòria.
Ambe lo biais de Jeanneney un companh de Slama e ben sem pas arribats . Cò qu'es la tòca...Fin finala. Esperan que crebarèm lèu per oblidar aquela istòria occitana... Que per elses la superioritat dels franchimands es segura.
Aprèp nos faran un panteon...
Que ailas , que l'aime plan lo Slama , es ambe lo Rocard , lo Gallo, lo Seguin (quand èra viu) lo Debre , la Carrere d'Encausse; e tota la còla dels jacobins qu'escote mai d'un còp sus França Kultura, los que somian pas que de nos crebar nosautres occitans. E que nos creban ...
Que nos tròban ridicules.
De notar que mantunes còps, son nascuts del defòra e a mai son cocardièrs....An comprats aital lo tiquet nacional.
L'aimi plan Slama , levat que parla pas de nosautres dins lo vòstre article aici...

Patricia a dit…

Es per aquò que l'ai publicat. E li ai pausada la question per mèl mès m'a pas encara respondut.