30/11/2009

« Car Paire Nadal...


"Le tribunal des flagrants délires" arriba en videò. Qunta bona idèia ! Aquela emission cultissima de France Inter que durèt pas que 18 meses (de 1980 a 1983) es estada filmada (e tot còp per Claude Berri). E oèi ! Desproges, qunta pèrda... "Soi segur que i a mai d'umanitat dins l'uèlh d'un can que bolega la coeta que dins la coeta de Le Pen quand bolega son uèlh."

Puta de cat ! (bis)

Contèxt :
Ieu : a escriure amb mon ordenador.
Lo cat : jagut sus mas fuèlhas, al ras (los cats se jason totjorn sus las fuèlhas).
Ieu : a tornar legir çò qu'aviái escrich (escriviái a La Mela) e a cercar la mirga de la man drecha per contunhar.
Lo cat : a monarejar (los cats monarejan totjorn quand son jaguts sus de fuèlhas).
Ieu : a m'enganar e a agantar la pata del cat en plaça de la mirga.
Lo cat : a monarejar pas mai e a me fotre un raissal sus la man.
Ieu : puta de cat !
Moralitat : entre la mirga e lo cat, se cal pas enganar. De soscar.

19/11/2009

Lo jorn que comprenguère çò qu'èra una reina


Lo 3 de novembre, Christian Barbier es mòrt. Èra nascut en 1924 e jogava dins aqueste film tarrible de 1969. Vos sovenètz segurament de l'agach de Simone Signoret quand se vira e que vei sos amics venguts per la tuar. Ieu, lo dobliguère pas jamai. Quand los vese totes passar, a la fin, me trache que, levat Paul Crauchet (nascut en 1920) e Claude Mann (nascut en 1940), son totes mòrts, ara : Ventura (1919-1987), Meurisse (1912-1979), Cassel (1932-2007), Signoret (1921-1985), Regianni (1922-2004).

18/11/2009

I cal anar !

Novembre de 2009

• Òsca a Eva Joly que ditz que l'immunitat presidenciala es una absurditat d'un altre temps. Ajustarai : coma lo drech de gràcia.
• Vergonha a la mòrt qu'a pres Claude Lévi-Strauss (1908-2009) coma aviá pres Jean-Pierre Vernant (1914-2007), Pierre Vidal-Naquet (1930-2006) o Germaine Tillion (1907-2008).
• Òsca a la justicia francesa que fa son trabalh : Pasqua, Flosse, Chirac, Tibéry, aquò fa un pauc tontons flingaires, non ? Cresètz que sabon jogar a la belòta ?
• Òsca als senators UMP que vòlon pas de la supression de la taxa profesionala tala que la vòlon suprimir.
• Vergonha al poder tunisian qu'a embarrat lo jornalista Taoufik Ben Brik. Aquò contunha dins lo bon sens...
• Òsca a la confleta Sarkozy que me fa crebar de rire quand conta sus son Faceboc qu'èra a Berlin lo 9 de novembre de 1989 (amb fòtò d'el a picar la paret amb un martèl) alara que sembla que i èra pas. Après "Nicolas a Berlin", veirem lèu "Nicolas a Poitiers" (amb fòtò d'el rescondut darrèr Carles Martèl) o "Nicolas a la batalha de Tolosa" (amb fòtò d'el a assajar de reviscolar Simon de Montfòrt).
• Òsca a ieu que fau pas cas de totas las conariás que sortís la "còla de sòmi" Hortefeux-Lefèbvre-Besson* (atencion, lo nivèl es pro pro nalt) pas que per s'amigadar lo monde del FN. (*Me cal ajustar Raoult)
• Òsca a la demanda de condamnacion de Total (375 000 €, una pecadilha per elses mès bon...) per sa responsabilitat dins lo prejudici ecologic qu'a constituit lo naufragi de l'Erika en 1999 fàcia a Bretanha (400 quilòmèstres de còstas tocadas e mai de 150 000 aucèls empegats).
• Òsca als ensenhaires reguitnaires (aquí los Roergasses) que vòlon pas de la refòrma Darcos ni mai del fichièr basa-escolans.
• Òsca a la presencia d' Angela Merkel a París per la ceremonia del 11 de novembre.
• Vergonha a la pena de mòrt que tòrna ponchar lo nas en Russia e vergonha a aquel patron de partit drechièr que voldriá que l'òm assaja de remèdis novèls suls condamnats davant de los tuar.
• Òsca a Erdogan, premièr ministre turc que ven de permetre a la lenga kurda de dintrar dins la vida politica del país.
• Vergonha a l'idèia nacionalista de la França a la Chevènement-Pasqua-Séguin que Sarkozy nos servís dins l'encastre de la discutida sus l'identitat nacionala, juste davant las eleccions regionalas.
• Vergonha al ministre de la cultura Frédéric Mitterand que vòl pas intervenir dins l'afar Eric Raoult-Marie Ndiaye. Un deputat demanda al prètz Goncourt 2009 de se calar sus la politica nacionala francesa e aquò lo regarda pas, lo ministre de la cultura ?
• Òsca a la letra de Jean Daniel a Ben Ali per la liberacion del jornalista embarrat Taoufik Ben Brik (aquí).
• Vergonha a la premsa qu'emplega encara lo mot d'umorista per designar Dieudonné.
• Vergonha a la mòrt que prenguèt Gérard Philippe n'i a 50 ans, qualqu'un qu'èra plan mai qu'un actor de teatre e de cinemà : un umanista.
• Vergonha als 7 quilòs de TNT qu'an petat jol tren St-Pétersbourg-Moscou : al mens 25 mòrts.

16/11/2009

Son venguts calucs !

Missant temps :
- Lo 11 de novembre, parlave d'aquel monde del Rotary club de Rodés que daissèron montar lo pichon pòble roergàs dins lor Ferrari o lor Porsche, pièi los anèron far caminar sus un parcors de gòlf (tocatz ma bòça monsénher) per adujar la recèrca contra lo cancèr (notatz qu'adujan a luchar contra de causas que, quand lor tomban sus la maissa, se'n pòdon pas parar amb lor argent : la malautiá, lo vielhum).
- En fin de setmana, aprenguèrem que Monica Belluci èra anada passar una serada a 190 000 € amb la filha del dictator osbèc. Benlèu qu'aviá talent...
- Aquesta dimenjada un ricàs volguèt balhar de bilhets de banca (de 5 a 500 €) al monde dins París. 7000 personas venguèron esperar lor bilhèt mès los bilhèts tombèron pas : encanissament, violéncia. S'aquò ne vira, l'operacion mediatica es estada montada pas que per se trufar del paure monde qu'esperavan, cais dubèrt cap al cèl, que la manna davalèssa (vos sovenètz de Balasko dins lo parking, quand fa la majoreta dins "Nuit d'ivresse" ?).
- Duèi, lo tipe qu'aviá fugit amb son camion plen de sòusses es tornat a la gàbia tote sol. Sai qu'aviá pas encara lo nivèl de descomplexion necessari... L'opinion, de tant de sadol d'aquela umiliacion, d'aquela vulgaritat al cap de l'Estat, s'èra presa d'amistat per aquel panaire qu'èra partit dapasseton amb 11,6 milions d'euròs dins son camionet.
Mèfi, la descomplexion poiriá venir contagiosa !

11/11/2009

Coneissètz pas Concas ? Venètz amb ieu...

Se volètz un agach virtual panoramic de l'endedins de la glèisa de Concas, picatz aicí. I a atanben maites endreches de Roergue : Cantòbre (Dórbia), La Cobertoirada, Najac...

Ich bin eine trufaira

Lo gost dels altres

« Les 20 et 21 juin, le Rotary club de Rodez avait organisé plusieurs événements au profit de la recherche contre le cancer. Le samedi, au départ de la place d'Armes, plusieurs bénévoles avaient ainsi mis à la disposition du Rotary leurs voitures de prestige : Ferrari, Porsche 911, Porsche GT2. Tout au long de la journée, le public s'était pressé nombreux pour effectuer un tour découverte avec ces bolides exceptionnels. Le dimanche, une compétition de golf était organisée au Golf du Grand Rodez. Plus de soixante participants avaient foulé les greens pour soutenir la recherche contre le cancer. » (Midi-Libre, 11/11/09)
Comentari : la misèria umana es benlèu pas end la cresèm.

09/11/2009

What else ?

Publicitat Nespresso ont the wonderful-Georges se pren un pianò sul morre e arriba cap a sant Pèire. Dialòg en englés sostitolat e coneissètz la seguida.
La filhòta : Qual es aquel ?
Ieu : Un coetaire*, mès polit.
La filhòta : Parlan en occitan ?
Ieu : [sospir]
What else ?
* Es pas vertadièirament lo mot qu'empleguère...

9 de novembre de 1989, la paret de Berlin davala

(Witt/Sipa)
Tèst subre-scientific
De vòstre vejaire :
a) Van tombar amoroses e se maridar.
b) L'òme va cabussar e assucar la filha.
c) La filha es a dire a l'òme : "Ten-me aquò qu'aquò m'emmèrda per picar la paret !"
• Majoritat de responsas "a" : Sètz tròp romantic, aquò vos jogarà de torns e, de tot biais, aquò dura pas.
• Majoritat de responsas "b" : Sètz tròp "o vese tot en negre". De còps, las teulas tombaràn pas sus vòstra cara, sabètz ?
• Majoritat de responsas "c" : Sètz pragmatic, cossí volètz picar una paret amb un martèl e una ròsa a la man ?
Altras proposicions permetudas, mès solament s'aquò pòt afortir lo costat scientific del tèst.

Göttingen



Barbara - Göttingen, 1964

06/11/2009

Estrosi : consternacion


Ajuste qu'Estrosi (ministre e mèra de Niça) es tanben aquel que se fasquèt pagar pel contribuent, quand èra secretari d'Estat, un viatge en jet privat França-USA (138 000 €) . Voliá pas prene l'avion de linha qu'auriá degut prene per çò que voliá pas mancar un aperitiu a l'Elisèa amb Sarkozy (01/2008). Descomplexat, lo tipe, coma son mèstre. V'aquí l'òrre biais de far de politica.
E òsca a aquel senator del Dobs, Martial Bourquin, per sa dignitat.

S'avètz pas encara signada la peticion per l'occitan dins lo metrò de Tolosa, bolegatz-vos e...



(aquò contunha !)

Le Coq et l'Oc










L'ai acabat aquesta nuèch,
un sol mot : whaou !

04/11/2009

Catastròfa !

Quand òm vos fa un present, gardatz lo present qualques temps al mens, non ? Ieu, m'avián balhat un lum a òli (plen). Coma èra pas tampat a la cima, que l'afar que teniá la meca èra juste pausat sus la "botelha", l'aviái sarrat dins un canton, sus un mòble de ma cambra e fasiái plan atencion de lo far pas jamai trantolar. Ièr a ser, qu'ère a legir de causas sus Lévi-Strauss, tot en un còp, t'aussisse lisar mos libres tròp bèlses per dintrar dins la bibliotèca qu'èran quilhats de l'altre costat del mòble, contra un altre mòble. Aquò fasquèt coma un castèl de cartas : los libres fasquèron tombar los quadres de fòtòs, los quadres de fòtòs butèton la vaca que me servís de sarra-libres, la vaca anèt petar contra lo lum a l'òli que... se versèt ! L'òli s'espandiguèt pertot sul mòble, amai rajolèt darrèr. Problèma : lo mòble es una bibliotèca comola de libres... Vos daisse amaginar la seguida e mon estat d'esperit. Totes mos Sempé son fotuts. Tacats per totjorn. N'ai plorat. Moralitat : sètz pas totjorn oblijats de gardar los presents qu'òm vos fa.

Guillaume Thomas Raynal (1713-1796)

L'abat Raynal, nascut a La Panosa de Severac (entremièg Milhau e Rodés) pièi ligat a Sent-Ginièis d'Òlt, amic de Diderot, es l'autor de Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes (tres còps trabalhat e reeditat), libre de mai en mai dubèrtament contra lo colonialisme e contra la monarquia. Talament que, coma Voltaire, deuriá fugir la França e, coma Voltaire, se sarrarà de Guilhaume II de Prussa pièi de Catarina II de Russia. Sa batèsta : la Libertat ( "A qui, barbares, ferez-vous croire qu'un homme peut être la propriété d'un souverain, une femme la propriété d'un homme, un nègre la propriété d'un colon ?"). En 1791, mandarà una letra a l'Amassada nacionala : "J'ai parlé aux rois de leurs devoirs, souffrez qu'aujourd'hui je parle au peuple de ses erreurs." Coma èra ja vièlh, lo copèron pas en dos.
Exposicion sus l'abat Raynal dusc'al 20 de novembre a l'ostal de comuna de Rodés.

03/11/2009

La leiçon de Lévi-Strauss

V'aquí çò qu’escriviá Edwy Plenel en 2005 dins Le Monde 2 jol títol “La leçon de Claude Lévi-Strauss”. I es ja question d'identitat nacionala mès tanben del centralisme egocentric francés e de l'exemple de la Catalonha :
« Un grand homme, c'est un siècle. Une marque qui reste à échelle de vie humaine, une empreinte sans appel, une légende sans retour. Ce n'est pas forcément affaire de durée, d'années accumulées, et certainement pas d'un temps géré avec une mentalité d'épargnant, prudente et calculée. Un siècle, cela peut se jouer en un an comme en cent, et le nôtre, celui qui vient, se joue peut-être chaque jour depuis les ébranlements de 1989 et 2001, la chute du Mur et la chute des Tours. Pourtant le grand homme qui nous occupe ici a pour lui le bénéfice de l'âge : il a eu beau avoir sans cesse risqué son temps, des chances successives l'ont mystérieusement épargné. Et, à déjà 96 ans, Claude Lévi-Strauss continue de vivre au risque de la pensée, contre les habitudes et les facilités.
Ceux qui l'ont entendu, il y a une semaine, le 13 mai, sous la coupole de l'Académie française, ont pu le vérifier. Un savant parlait, mais sa parole allait au-delà de son savoir, rejoignant l'itinéraire du citoyen du monde qu'il n'a cessé d'être, depuis sa longue jeunesse militante à la gauche du Parti socialiste jusqu'aux révolutions intellectuelles de l'âge adulte, celles des Structures élémentaires de la parenté (1949) et de Tristes tropiques (1955). "Il n'est aucun, peut-être, des grands drames contemporains, disait-il, qui ne trouve son origine directe ou indirecte dans la difficulté croissante de vivre ensemble." L'humanité, poursuivait-il, est devenue "sa propre victime", n'ayant pas compris que ses droits "cessent au moment où leur exercice met en péril l'existence d'autres espèces".
L'homme détruit, et du coup se détruit, nous avertit l'ethnologue, fort d'un savoir acquis auprès des sociétés sans écriture. Leurs "sages coutumes", de protection et de respect de la vie et des espèces à l'entour, nous indiquent la voix du salut : renoncer au vertige de la puissance et de la solitude, accepter de "faire de l'homme une partie prenante, et non un maître de la création". Le lecteur se demande sans doute ce que ce prophétisme écologiste vient faire dans notre actualité. Il se le demande d'autant plus que ce discours d'un homme rare et l'événement qui l'a suscité sont passés inaperçus, ne provoquant guère plus qu'une dépêche et une photo d'agence.
Or l'événement comme le discours étaient européens, à deux semaines du référendum français dont l'Europe est l'enjeu. Le thème même du propos de Lévi-Strauss n'était pas indifférent : "L'ethnologue devant les identités nationales". Quant à ce qui le provoquait, c'était de recevoir, à Paris et non à Barcelone, eu égard à son âge, le prestigieux prix international Catalunya, créé en 1989 par le gouvernement autonome catalan. Ce prix, par lequel la Catalogne distingue les pensées du monde, a déjà été décerné à des Français, Jacques Delors et Edgar Morin notamment. Marquant l'importance qu'il y accorde, le président du gouvernement catalan, Pasqual Maragall, s'était déplacé pour l'occasion. Il s'est exprimé en français, excellemment, tout comme le président délégué du jury, un philosophe.
Quant à Lévi-Strauss, avant de nous inviter à vivre ensemble par le respect des ailleurs et du divers qui nous entourent, il a commencé par saluer la récente fondation par la Generalitat de Catalunya d'une eurorégion Pyrénées-Méditerranée. Faisant l'éloge de cette "vaste contrée transfrontalière", il a ajouté ceci : "J'ai connu une époque où l'identité nationale était le seul principe concevable des relations entre les Etats. On sait quels désastres en résultèrent."* C'est alors qu'au nom du jury le philosophe catalan fit écho à l'ethnologue français et à nos débats hexagonaux, en paraphrasant un célèbre libelle du Marquis de Sade révolutionnaire : "Français, encore un effort pour être européens !"
Ce n'est certes rien, juste une remise de prix, un simple instant protocolaire, et pourtant ce nous semble un fait significatif. Une grande région d'Europe, dont le martyre républicain porta nos idéaux universels, se déplace à Paris pour distinguer solennellement l'un de nos grands intellectuels, dont toute la pensée exprime le souci du monde, et ce lieu de vieille grandeur nationale qu'est l'Académie française accueille la cérémonie ; mais c'est chez nous, en ce pays-ci, un grand silence qui salue l'événement ! Si l'on veut bien regarder son pays comme si on n'en était pas, alors l'anecdote n'en est plus une. Comment, de l'autre côté des Pyrénées, ne pas y voir l'illustration d'une France qui a le nez collé sur elle-même, n'ayant plus d'yeux pour ce qui la dépasse et la prolonge ?
La Catalogne le prouve : l'Espagne ne doute pas de son identité européenne quand elle accepte de vivre sa pluralité nationale. Sa démocratie est vivante, jeune, féminisée, dynamique, surprenante comme l'a montré le vote qui a suivi les attentats du 11 mars 2004, refus du mensonge et de la peur. C'est une sorte d'anti-portrait d'une France qui n'entend pas la leçon de Claude Lévi-Strauss. »
* Ajuste la fin de la frasa que Plenel balhava pas : « L'Eurorégion crée entre les pays de nouvelles relations qui débordent les frontières et contrebalancent les anciennes rivalités par les liens concrets qui prévalent à l'échelle locale sur les plans économique et culturel. »
Podètz trapar lo discors entièr de Lévi-Strauss aquí en version francesa o catalana.