30/12/2009

En 2009

Avèm avut Obama als afars, la crisi, la television publica sens publicitat lo ser, la lei Hadopi, Colona en preson per la vida, la TVA a 5,5% pels retauradors, la reguitnada dels ensenhaires-cercaires, Subre-Berlusconi, los musèus a gratis pels dròlles e pels ensenhaires, la lei Bachelot sus l'espital public, la lucha dels sens-papièrs, Bouteflika tornar mai en Algeria, lo crash del Riò-París, Barroso tornar mai a la Comission europenca, Ahmadinejad tornar mai en Iran, lo crash del París-Comòras, Ali Bongo filh de. al Gabon, Clearstream, los embestiaments d'Aung San Suu Kyi en Birmania, l'afar de Tarnac, Polanski a Gstaad, lo massacre en Guinèa, la votacion de La Pòsta contra la privatizacion, la França que met d'Afgans dins de charters, lo Nobèl de la Patz a Obama, l'occitan dins lo metrò de Tolosa, Joan Sarkozy e son cap coma una coja, Ben Ali tornar mai en Tunisia, los Occitans a Carcassona, la gripa A, la discutida enverenaira sus l'identitat nacionala, los embestiaments judiciaris dels coquins de la Republica (Pasqua, Flosse, Tibéry, Chirac, Daussault...), la man vergonhosa de Thierry Henry, la fin de la taxa professionala, Sarkozy a Berlin, Copenhague...

An defuntat* Claude Berri, Roger Planchon, Alain Bashung, Merce Cunningham, Natalia Estemirova, Michael Jackson, Pina Bausch, Farrah Fawcett, Patrick Swayze, Robert Lafont, Omar Bongo, Marcha Béranger, Gérard Blanc, Willy Deville, Jean-Paul Roussillon, Maurice Druon, Ted Kenedy, Helen Levitt, Christian Poveda, Maurice Jarre, Sim, Willy Ronis, Carles Molin, Mercedes Sosa, Claude Lévi-Strauss, Jocelyn Quivrin, Jòrdi Girard... (*Cercatz l'intrús)

E avèm tornar legit "La Princesse de Clèves".

29/12/2009

Maròc : 0

V'aquí çò que val 4 annadas de preson amb subre-sèit a Taoufiq Bouachrine, patron del jornal Akhbar Al Youm, e a Khalid Gueddar, caricaturista. Cal pas tocar a la familha reiala del Maròc.

27/12/2009

A la siá filha

Demoratz a l'ostal

De Karim Dridi, 2009.
Avec Marion Cotillard et Guillaume Canet.
Aviái pas la causida del film. Ai fach per eliminacion e demorava aquel. Esperave "Le patient anglais", ai avut "L'ennui". Auriái melhor fach de demorar a l'ostal a legir lo "Dictionnaire amoureux des langues" que lo Paire Nadal m'aviá portat...

Mon país a ieu

Grands Sites de Midi-Pyr�n�es - Les sites touristiques incontournables

21/12/2009

De legir sus Rue 89

"Les tenants de la langue d'Oc mal dans l'identité régionale." Aquí.
Òm parla de nòstra batèsta dins un medià nacional. Va plan. Mès, perqué totjorn avure besonh de tustar sul vesin occitan quand òm nos demanda de parlar de nòstra causa ? Perqué totjorn dire qu'òm nos pren per de plocs ? Un pauc de nautor, macassiu ! Alassant.

Decembre de 2009

• Òsca al libre "Ma vie, mon œuvre, mon scooter", falça autò-biografia de Jean Sarkozy que ven de sortir, amai s'es anonima. Quand òm se mòstra ridicul, se cal pas plànger d'èsser ridiculizat.
• Vergonha a la volontat d'ensenhar l'istòria-geògrafia pas qu'en opcion en terminala S. Ajustarai que caldriá tanben cambiar lo biais de contar l'istòria de França als escolans. "Perqué m'an pas dich a l'escòla ?"
• Vergonha a la Russia (en Tchetchenia) e a la Birmania que semenan encara de bombas pel campèstre.
• Òsca als policièrs que gausan manifestar contra la politica de las chifras.
• Òsca a la capidada de la manifestacion (organizada sus internet) contra Berlusconi a Roma (350 000 personas).
• Vergonha a ieu que soi pas anada que 6 còps al cinemà en 2009.
• Vergonha a la França qu'a encara gausat metre 9 Afgans dins un charter.
• Vergonha a lo qu'a panat l'inscripcion "Arbeit macht frei" qu'èra a la dintrada d'Auschwitz-Birkenau en Polonha.
• Òsca a la Una del Canard Enchaîné "Johnny à son réveil : Ah que j'ai eu peur. J'ai cru que c'était une hernie fiscale !".
• Òsca a l'idèa de Corinne Lepage d'un Tribunal penal internacional per jutjar los reponsables de catastròfas ecologicas.
• Vergonha al papa Beneset XVI que va beatificar Pie XII, aquel qu'èra papa de 1939 e 1958 e que daissèt partir un tren de la gara de Roma per Auschwitz en 1943, sens dire mot. Lo n° XVI s'es dich contra la dubèrtura dels archius del Vatican d'après 1939. Mès el i pòt anar furgar dedins... Vòl tanben beatificar Joan-Paul II que, per ieu, es aquel qu'agèt una politica criminèla en defendent lo preservatiu en Africa ont lo sidà fa de mòrts a molons.
• Vergonha al Cambodge que liura 20 Ouïghours (amb 3 enfants) a la China. 7 d'aquelses aurián manifestat al mes de julhet (197 mòrts pièi 13 condamnats a mòrt). Òm sap çò que los espera... E alara, Kouchner, complici del retorn forçat de nòstres Afgans, disètz pas res ?
• Vergonha als enfants sadols de la Tèrra que, a Copenhague, se son pas sentits de far quicòm pel paure monde que va endurar çò premièr lo cambiament de climat. Son pas pro menaçats... encara.
• Vergonha a Al Qaida qu'a volgut far petar l'avion Amsterdam-Detroit.
• Vergonha a la China qu'a executat un ciutadan britanic per trafec de dròga.
• Òsca al pòble iranian que manifesta e vergonha al poder que contunha de li tustar dessús.
• Vergonha a la Tailanda que tòrna 4200 Hmongs al Laòs, país qu'an fugit n'i a 5 ans.
• Vergonha als 76 jornalistas tuats en 2009 (RSF), 113 segon la FIJ.
• Òsca al Conselh d'Estat qu'a invalidat, en partida, lo fichièr Eloi suls estrangièrs percaçats.
• Vergonha a aquelses qu'an pres en otatge dos jornalistas de França 3 en Afganistan.

18/12/2009

Compenhague encara

Las estatuas de l'Amassada Nacionala auràn pas l'unifòrme de La Pòsta

(AFP)
Lo 15 de decembre, Olivier Besancenot voliá vestir Sully, Colbert e lors companhs per protestar contra lo cambiament d'estatut de La Pòsta. Fin finala : un det afrabat pel patron del partit anticapitalista. Sai pas per de qué fa aquò, lo portaire, los ministres an prometut de privatizar pas La Pòsta. Cal respectar las estatuas de l'Amassada Nacionala mès tanben creire dins las promessas dels ministres de la Republica, non ?*
* Òm me ditz dins l'aurelheta que per EDF avián prometut tanben... Bon.

16/12/2009

Robert Delpire

Robert Delpire es a l'onor aquesta passa a la Maison européenne de la photographie a París, "Delpire & Cie" (seguida de las Rescontras d'Arlas 09). 60 ans de mestièr per aquel òme de l'imatge (fòtò, cinemà, publicitat, edicion, premsa amb la revista "Neuf"). Anatz veire lo siti de son ostal d'edicion, aquí.*
Es el que farguèt aquela colleccion de pichons libres negres sus la fotografia. Veiretz tanben sul siti de causas sus Sarah Moon, aquò's la siá femna. Delpire es un òme d'amistats (Capa, Cartier-Bresson, Riboud...), un umanista (ditz que, se Médecins sans frontières èra estat en plaça quand fasiá sos estudis de medecina, seriá partit aquí dedins), qu'aima lo monde umils, modèstes, pas brica pretencióses. Los descomplexats, aquò's pas son afar, vesètz...
* Se lo Paire Nadal existís, qu'es occitanofòn e que me legís, pòt anar, el tanben, furgar dins aquel siti. Vòle tot.

20 ans après Andreï Sakharov

Vos balhe la cronica de Bernard Gueta (France Inter, 8h17) qu'ausiguère ièr :

« Même émotion, mêmes foules, c’était l’enterrement de Victor Hugo. Pieds dans la neige, par un froid polaire, des dizaines de milliers de Soviétiques avaient fait la queue jusqu’à six ou sept heures durant pour s’incliner devant le cercueil ouvert d’Andreï Sakharov, mort il y a vingt ans, le 14 décembre 1989.

Pour une poignée d’entre eux, il était un ami, l’homme qui les avait défendus contre l’arbitraire à ses risques et périls, témoignant de leur calvaire, interpellant le pouvoir en leur nom et les faisant connaître à l’étranger. Pour les autres, l’immense majorité de ces hommes et ces femmes une fleur à la main, il était un remord, celui qui avait eu le courage qu’eux n’avaient pas su trouver et une fierté nationale aussi, surtout, l’immense physicien, co-inventeur de la bombe à hydrogène soviétique, l’académicien qui aurait pu tranquillement jouir de la considération et des avantages accordés par le régime à de tels scientifiques mais qui avait choisi la dissidence parce qu’il n’admettait ni l’injustice ni le déclin dans lequel la bureaucratie plongeait son pays.

Andreï Sakharov était un Gandhi, un Mandela, un homme rare et sans doute unique dans l’histoire soviétique. C’est à ce Juste que tant de gens étaient venus rendre hommage comme s’ils cherchaient un modèle pour leurs enfants mais vingt ans plus tard, hier, à Moscou, bien peu de journaux mentionnaient cet anniversaire et les commémorations n’ont réuni qu’une poignée de gens, anciens et nouveaux dissidents. C’est à ce contraste qu’on mesure la régression autoritaire que vit la Russie, l’ampleur du combat que Sakharov aurait toujours à mener s’il était encore là.

Cet échec s’explique. Cette tragédie tient à l’humiliation sociale et nationale que les Russes ont ressentie lorsqu’ils ont vu que leur liberté entrevue sous Gorbatchev n’avait conduit, sous Eltsine, qu’à la dégradation de leur niveau de vie et à l’éclatement de la Russie historique. Non seulement l’Europe centrale leur avait échappé, ce qu’ils acceptaient, mais des pays qui leur étaient aussi consubstantiels que l’Ukraine leur avaient tourné le dos, comme si soudain la Bourgogne, la Bretagne et Nice se séparaient de la France. Non seulement le passage à l’économie de marché avait précipité des millions de salariés dans le chômage et tous les retraités dans une misère sans nom mais les privatisations n’avaient été qu’une appropriation de la richesse nationale par la famille Eltsine.

Sous Boris Eltsine, tout a été fait pour convaincre les Russes que la démocratie n’était qu’un leurre et le marché, le vol. Ils n’aspiraient ainsi plus qu’à l’ordre et à une réaffirmation nationale, à cette « dictature de la loi » que leur avait proposée Vladimir Poutine, jeune et athlétique officier de l’ancien KGB qu’ils avaient donc plébiscité, dix ans après la mort de Sakharov. La bataille de la liberté est à reprendre en Russie. Elle sera longue, difficile, hasardeuse mais pas désespérée parce que la société russe s’est diversifiée et qu’il n’est malheureusement pas étonnant que la Russie ne parvienne pas à sortir d’un coup, de siècles d’absolutisme et de sept décennies de communisme. La République française ne s’était définitivement établie que 81 ans après la Révolution. Vingt ans après 1789, la France vivait sous l'Empire. »

14/12/2009

11/12/2009

Bona question

Statut des langues régionales (8/12/2009)
Mme Martine Faure : Ma question s’adressait à M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication. Lors de la présentation, en commission, de son projet de budget, le ministre a annoncé des moyens pour la mise en œuvre des politiques permettant la transmission du patrimoine linguistique, et notamment la création d’une délégation interministérielle à la langue française et aux langues de France.
Il a beaucoup insisté sur la promotion de ces langues et sur la sensibilisation de la société aux enjeux liés à la diversité linguistique. Je dois rappeler que, si aujourd’hui, dans toutes nos régions, les langues minoritaires sont encore parlées et enseignées, c’est grâce à la ténacité du monde associatif et des collectivités territoriales, peu ou pas assez soutenues par l’État. Cette situation ne permet pas une véritable transmission de cet héritage précieux mais gravement menacé.
L’entrée des langues régionales dans le patrimoine de la France par la grande porte de la Constitution implique une responsabilité et un engagement de l’État, qui doit être garant de leur statut. Mme Christine Albanel, qui a précédé M. Frédéric Mitterrand au ministère de la culture et de la communication, avait affirmé à plusieurs reprises devant la représentation nationale la nécessité d’un cadre législatif donnant une forme institutionnelle au patrimoine linguistique de la nation et comportant des mesures concrètes dans les domaines de l’enseignement, des médias, des services publics, de la signalisation et de la toponymie.
Ce projet de loi devait être présenté au Parlement en 2009, selon les termes mêmes du rapport de 2008 de la délégation générale à la langue française et aux langues de France.
M. Marc Le Fur : Tout à fait !
M. François de Rugy : Nous l’attendons toujours !
Mme Martine Faure : Ainsi que je l’ai exposé dans deux courriers que j’ai adressés depuis sa prise de fonction au ministre de la culture et de la communication, l’urgence croît à mesure que la situation des langues régionales se détériore. De plus, si la République ne les protège pas, la menace du repli communautaire risque de se préciser.
Je demande donc, au nom des députés membres du groupe d’études sur les langues régionales, qui se sont prononcés à l’unanimité sur ce sujet lors de leur dernière réunion, si le Gouvernement compte nous soumettre un projet de loi destiné à maintenir et valoriser la diversité linguistique et, si tel est le cas, de nous donner une date précise.
M. François de Rugy : Très bonne question !
Mme la présidente : La parole est à M. Éric Besson, ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire.
M. Éric Besson, ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire. Madame la députée, je réponds, comme vous l’avez compris, en lieu et place de Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, qui est empêché…
M. Marc Le Fur : La question ne le passionne pas !
Mme la présidente : Monsieur Le Fur, comme vous le savez, c’est M. le ministre qui a la parole !
M. Éric Besson, ministre de l’immigration : …et qui me prie de bien vouloir vous communiquer sa réponse. Vous allez voir que la question non seulement l’intéresse, mais le passionne vraiment ! (Sourires.)
Laissez-moi revenir d’abord quelques instants sur le contexte qui a conduit le prédécesseur de M. Mitterrand, Mme Albanel, à envisager, l’an dernier, la possibilité de déposer un texte de loi relatif aux langues historiquement parlées sur notre territoire. Nous étions au printemps 2008 et l’objectif était de « donner une forme institutionnelle au patrimoine linguistique » de la nation. Il n’était pas question alors de modifier à cette fin la Constitution de la République.
Depuis lors, vous aurez remarqué que les choses ont changé. Le Parlement, réuni en Congrès, a décidé d’inscrire les langues régionales, pour la première fois de notre histoire, dans la Constitution, dont le titre XII contient désormais un article qui stipule : « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ».
M. François de Rugy : Et à son identité !
M. Éric Besson, ministre de l’immigration : En inscrivant les langues régionales dans le titre XII de la Constitution, consacré aux collectivités territoriales, le législateur a conféré à celles-ci, comme de juste, une responsabilité particulière pour la promotion de ces langues.
Mais la Constitution affirme aussi leur dimension nationale, qu’elle présente comme étant la richesse indivise de la nation tout entière. De même que la cathédrale de Chartres n’appartient pas exclusivement à la Beauce, mais à tous les Français, chacune de ces langues fait partie d’un patrimoine qui est notre partage à tous. C’est pourquoi leur usage et leur transmission relèvent également de l’État, garant de l’intérêt général. C’est pourquoi l’État prend pleinement ses responsabilités en la matière.
Il consacre, comme vous le savez, des moyens importants à l’enseignement des langues régionales, qu’il s’agisse du nombre de postes d’enseignants, de la formation des maîtres, des dotations horaires ou encore de la réalisation de supports pédagogiques et éditoriaux.
Dans le domaine des médias, pièce maîtresse de la vitalité des langues régionales, le Gouvernement s’attache à ce qu’aucune entrave réglementaire ne fasse obstacle à leur libre expression.
M. François de Rugy : Parlez-en à France 3 !
M. Éric Besson, ministre de l’immigration : Chaque jour, plusieurs centaines de programmes sont diffusés sur le territoire français dans une dizaine de langues régionales, notamment en outre-mer.
Dans le champ culturel enfin, le ministère de la culture et de la communication, par l’intermédiaire de la délégation générale à la langue française et aux langues de France, apporte son soutien à de nombreux projets de création dans ces langues, dans le domaine du spectacle vivant et de l’audiovisuel, ainsi qu’à de nombreux festivals qui expriment le dynamisme linguistique des régions.
Nous pouvons certainement aller plus loin encore. Il est possible d’affirmer de manière plus significative la présence des langues régionales dans l’espace public. Il est envisageable, par exemple, de systématiser la mise en place d’une signalisation urbaine et routière en langue régionale, au côté, bien évidemment, de sa formulation en français. Les actes officiels des collectivités locales, notamment les actes d’état civil, peuvent être publiés en langue régionale du moment qu’ils le sont aussi dans la langue nationale.
La conviction du ministre de la culture et de la communication est que le cadre législatif actuel laisse d’importantes marges de manœuvre, qui ne sont pas toujours exploitées. C’est pourquoi le Gouvernement s’interroge sur la pertinence d’une intervention législative supplémentaire tant que toutes les possibilités existantes n’auront pas été explorées et appliquées.
M. Marc Le Fur : Il faudrait rappeler au ministre que c’était un engagement du candidat Sarkozy à la présidence de la République !
M. Éric Besson, ministre de l’immigration : Il faut éviter les deux écueils que seraient, d’une part, le fait d’encombrer nos travaux par une loi purement déclarative et redondante, et, d’autre part, celui d’aboutir à texte qui, en ouvrant un droit positif en faveur de locuteurs particuliers, se heurterait au principe constitutionnel d’indivisibilité de la République et d’égalité devant la loi.
M. François de Rugy : Oh !
M. Éric Besson, ministre de l’immigration : Ces risques ne doivent pas, bien évidemment, nous empêcher d’avancer sur ce dossier et, en partenariat avec les collectivités territoriales, de prendre toutes les mesures concrètes nécessaires à la reconnaissance et à la promotion des langues régionales dans notre pays. C’est pourquoi le Gouvernement réfléchit, dans un esprit de concertation entre tous les ministères concernés, ainsi qu’avec les collectivités, les offices publics des langues régionales et les acteurs concernés, à la manière la plus adéquate de faire progresser cette exigence.
COMMUNIQUÉ DE MARTINE FAURE
Ce matin 8 décembre, dans le cadre des questions orales au Gouvernement, je devais interroger, au nom du Groupe d'études sur les langues régionales, le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, sur la promesse du chef de l'État, relayée par le Premier ministres et Mme Christine Albanel, de soumettre au Parlement un projet de loi précisant le statut des langues régionales.
J'espérais obtenir enfin une véritable information, loin des réponses dilatoires et des faux-fuyants dont le ministre nous avait abreuvés jusque là. Quelle ne fut pas ma surprise – et celle de MM. Marc Le Fur et Jean-Jacques Urvoas également présents – en constatant son absence puis en écoutant Eric Besson ânonner interminablement à sa place l'historique de la reconnaissance constitutionnelle des langues régionales suivi des poncifs habituels sur les possibilités offertes par les collectivités territoriales et les périls innombrables qu'une telle loi ferait courir à la République une et indivisible. La seule certitude que j'ai retirée de cette expérience est accablante : il n'y a pas de projet de loi et le Gouvernement ne se soucie aucunement de la valeur éducative, sociale et patrimoniale des langues régionales.
Devant la fin de non recevoir qui nous est opposée, le Groupe d'études sur les langues régionales prendra donc l'initiative de déposer une proposition de loi.

09/12/2009

Villa-Lobos (1887-1959)

Fa 50 ans que moriguèt aqueste compositor bresilian. S'escotatz ma musica a la fin del blòg, i es. Es un òme qu'aimava l'etnòmusicologia e que composèt de musicas directament inspiradas de cançons tradicionalas del Bresil. Vos balhe a l'escotar tornarmai (aquí amb Joan Baez).

Après una purga òm es tot vèrd

07/12/2009

A non !

Lo foot, n'ai pas res a far. Avètz lo drech d'aimar aquò, ai lo drech d'i far pas cas. Seguisse aquò ni de luènh, ni de pròche mès los jornals de la television o de la ràdio que fan lor dubèrtura sus la resulta d'un match de foot an lo don de m'enrabiar. Solament, amai se me'n fote, del foot, d'informacions ligadas al foot m'arriban tot còp. Tornarai pas sul salari dels jogaires qu'es per ieu d'una òrra vulgaritat. En tot, cal saupre rason servar. De luènh e dins los fumses, me sembla que dempièi 98 an pas res ganhat, los Franceses, e me dise que Domenech deu avure qualqu'un de plan poderós a sos costats per lo manténer end es tant de temps. Mès benlèu m'engane... Quand parlèron de la man volontària de Thierry Henry que fasquèt marcar lo but per la qualificacion a la copa del monde, me pensère : "Gals, deuriatz un pauc baissar lo cap !" Çò que fasquèt pas Domenech, me sembla... E duèi, de qué te legisse ? Que Domenech auriá tocat 826 000 € per la qualificacion de la França ! Quant li tòrnan prene se perdon ? End van anar coma aquò ? Encara de descomplexats.

30/11/2009

« Car Paire Nadal...


"Le tribunal des flagrants délires" arriba en videò. Qunta bona idèia ! Aquela emission cultissima de France Inter que durèt pas que 18 meses (de 1980 a 1983) es estada filmada (e tot còp per Claude Berri). E oèi ! Desproges, qunta pèrda... "Soi segur que i a mai d'umanitat dins l'uèlh d'un can que bolega la coeta que dins la coeta de Le Pen quand bolega son uèlh."

Puta de cat ! (bis)

Contèxt :
Ieu : a escriure amb mon ordenador.
Lo cat : jagut sus mas fuèlhas, al ras (los cats se jason totjorn sus las fuèlhas).
Ieu : a tornar legir çò qu'aviái escrich (escriviái a La Mela) e a cercar la mirga de la man drecha per contunhar.
Lo cat : a monarejar (los cats monarejan totjorn quand son jaguts sus de fuèlhas).
Ieu : a m'enganar e a agantar la pata del cat en plaça de la mirga.
Lo cat : a monarejar pas mai e a me fotre un raissal sus la man.
Ieu : puta de cat !
Moralitat : entre la mirga e lo cat, se cal pas enganar. De soscar.

19/11/2009

Lo jorn que comprenguère çò qu'èra una reina


Lo 3 de novembre, Christian Barbier es mòrt. Èra nascut en 1924 e jogava dins aqueste film tarrible de 1969. Vos sovenètz segurament de l'agach de Simone Signoret quand se vira e que vei sos amics venguts per la tuar. Ieu, lo dobliguère pas jamai. Quand los vese totes passar, a la fin, me trache que, levat Paul Crauchet (nascut en 1920) e Claude Mann (nascut en 1940), son totes mòrts, ara : Ventura (1919-1987), Meurisse (1912-1979), Cassel (1932-2007), Signoret (1921-1985), Regianni (1922-2004).

18/11/2009

I cal anar !

Novembre de 2009

• Òsca a Eva Joly que ditz que l'immunitat presidenciala es una absurditat d'un altre temps. Ajustarai : coma lo drech de gràcia.
• Vergonha a la mòrt qu'a pres Claude Lévi-Strauss (1908-2009) coma aviá pres Jean-Pierre Vernant (1914-2007), Pierre Vidal-Naquet (1930-2006) o Germaine Tillion (1907-2008).
• Òsca a la justicia francesa que fa son trabalh : Pasqua, Flosse, Chirac, Tibéry, aquò fa un pauc tontons flingaires, non ? Cresètz que sabon jogar a la belòta ?
• Òsca als senators UMP que vòlon pas de la supression de la taxa profesionala tala que la vòlon suprimir.
• Vergonha al poder tunisian qu'a embarrat lo jornalista Taoufik Ben Brik. Aquò contunha dins lo bon sens...
• Òsca a la confleta Sarkozy que me fa crebar de rire quand conta sus son Faceboc qu'èra a Berlin lo 9 de novembre de 1989 (amb fòtò d'el a picar la paret amb un martèl) alara que sembla que i èra pas. Après "Nicolas a Berlin", veirem lèu "Nicolas a Poitiers" (amb fòtò d'el rescondut darrèr Carles Martèl) o "Nicolas a la batalha de Tolosa" (amb fòtò d'el a assajar de reviscolar Simon de Montfòrt).
• Òsca a ieu que fau pas cas de totas las conariás que sortís la "còla de sòmi" Hortefeux-Lefèbvre-Besson* (atencion, lo nivèl es pro pro nalt) pas que per s'amigadar lo monde del FN. (*Me cal ajustar Raoult)
• Òsca a la demanda de condamnacion de Total (375 000 €, una pecadilha per elses mès bon...) per sa responsabilitat dins lo prejudici ecologic qu'a constituit lo naufragi de l'Erika en 1999 fàcia a Bretanha (400 quilòmèstres de còstas tocadas e mai de 150 000 aucèls empegats).
• Òsca als ensenhaires reguitnaires (aquí los Roergasses) que vòlon pas de la refòrma Darcos ni mai del fichièr basa-escolans.
• Òsca a la presencia d' Angela Merkel a París per la ceremonia del 11 de novembre.
• Vergonha a la pena de mòrt que tòrna ponchar lo nas en Russia e vergonha a aquel patron de partit drechièr que voldriá que l'òm assaja de remèdis novèls suls condamnats davant de los tuar.
• Òsca a Erdogan, premièr ministre turc que ven de permetre a la lenga kurda de dintrar dins la vida politica del país.
• Vergonha a l'idèia nacionalista de la França a la Chevènement-Pasqua-Séguin que Sarkozy nos servís dins l'encastre de la discutida sus l'identitat nacionala, juste davant las eleccions regionalas.
• Vergonha al ministre de la cultura Frédéric Mitterand que vòl pas intervenir dins l'afar Eric Raoult-Marie Ndiaye. Un deputat demanda al prètz Goncourt 2009 de se calar sus la politica nacionala francesa e aquò lo regarda pas, lo ministre de la cultura ?
• Òsca a la letra de Jean Daniel a Ben Ali per la liberacion del jornalista embarrat Taoufik Ben Brik (aquí).
• Vergonha a la premsa qu'emplega encara lo mot d'umorista per designar Dieudonné.
• Vergonha a la mòrt que prenguèt Gérard Philippe n'i a 50 ans, qualqu'un qu'èra plan mai qu'un actor de teatre e de cinemà : un umanista.
• Vergonha als 7 quilòs de TNT qu'an petat jol tren St-Pétersbourg-Moscou : al mens 25 mòrts.

16/11/2009

Son venguts calucs !

Missant temps :
- Lo 11 de novembre, parlave d'aquel monde del Rotary club de Rodés que daissèron montar lo pichon pòble roergàs dins lor Ferrari o lor Porsche, pièi los anèron far caminar sus un parcors de gòlf (tocatz ma bòça monsénher) per adujar la recèrca contra lo cancèr (notatz qu'adujan a luchar contra de causas que, quand lor tomban sus la maissa, se'n pòdon pas parar amb lor argent : la malautiá, lo vielhum).
- En fin de setmana, aprenguèrem que Monica Belluci èra anada passar una serada a 190 000 € amb la filha del dictator osbèc. Benlèu qu'aviá talent...
- Aquesta dimenjada un ricàs volguèt balhar de bilhets de banca (de 5 a 500 €) al monde dins París. 7000 personas venguèron esperar lor bilhèt mès los bilhèts tombèron pas : encanissament, violéncia. S'aquò ne vira, l'operacion mediatica es estada montada pas que per se trufar del paure monde qu'esperavan, cais dubèrt cap al cèl, que la manna davalèssa (vos sovenètz de Balasko dins lo parking, quand fa la majoreta dins "Nuit d'ivresse" ?).
- Duèi, lo tipe qu'aviá fugit amb son camion plen de sòusses es tornat a la gàbia tote sol. Sai qu'aviá pas encara lo nivèl de descomplexion necessari... L'opinion, de tant de sadol d'aquela umiliacion, d'aquela vulgaritat al cap de l'Estat, s'èra presa d'amistat per aquel panaire qu'èra partit dapasseton amb 11,6 milions d'euròs dins son camionet.
Mèfi, la descomplexion poiriá venir contagiosa !

11/11/2009

Coneissètz pas Concas ? Venètz amb ieu...

Se volètz un agach virtual panoramic de l'endedins de la glèisa de Concas, picatz aicí. I a atanben maites endreches de Roergue : Cantòbre (Dórbia), La Cobertoirada, Najac...

Ich bin eine trufaira

Lo gost dels altres

« Les 20 et 21 juin, le Rotary club de Rodez avait organisé plusieurs événements au profit de la recherche contre le cancer. Le samedi, au départ de la place d'Armes, plusieurs bénévoles avaient ainsi mis à la disposition du Rotary leurs voitures de prestige : Ferrari, Porsche 911, Porsche GT2. Tout au long de la journée, le public s'était pressé nombreux pour effectuer un tour découverte avec ces bolides exceptionnels. Le dimanche, une compétition de golf était organisée au Golf du Grand Rodez. Plus de soixante participants avaient foulé les greens pour soutenir la recherche contre le cancer. » (Midi-Libre, 11/11/09)
Comentari : la misèria umana es benlèu pas end la cresèm.

09/11/2009

What else ?

Publicitat Nespresso ont the wonderful-Georges se pren un pianò sul morre e arriba cap a sant Pèire. Dialòg en englés sostitolat e coneissètz la seguida.
La filhòta : Qual es aquel ?
Ieu : Un coetaire*, mès polit.
La filhòta : Parlan en occitan ?
Ieu : [sospir]
What else ?
* Es pas vertadièirament lo mot qu'empleguère...

9 de novembre de 1989, la paret de Berlin davala

(Witt/Sipa)
Tèst subre-scientific
De vòstre vejaire :
a) Van tombar amoroses e se maridar.
b) L'òme va cabussar e assucar la filha.
c) La filha es a dire a l'òme : "Ten-me aquò qu'aquò m'emmèrda per picar la paret !"
• Majoritat de responsas "a" : Sètz tròp romantic, aquò vos jogarà de torns e, de tot biais, aquò dura pas.
• Majoritat de responsas "b" : Sètz tròp "o vese tot en negre". De còps, las teulas tombaràn pas sus vòstra cara, sabètz ?
• Majoritat de responsas "c" : Sètz pragmatic, cossí volètz picar una paret amb un martèl e una ròsa a la man ?
Altras proposicions permetudas, mès solament s'aquò pòt afortir lo costat scientific del tèst.

Göttingen



Barbara - Göttingen, 1964

06/11/2009

Estrosi : consternacion


Ajuste qu'Estrosi (ministre e mèra de Niça) es tanben aquel que se fasquèt pagar pel contribuent, quand èra secretari d'Estat, un viatge en jet privat França-USA (138 000 €) . Voliá pas prene l'avion de linha qu'auriá degut prene per çò que voliá pas mancar un aperitiu a l'Elisèa amb Sarkozy (01/2008). Descomplexat, lo tipe, coma son mèstre. V'aquí l'òrre biais de far de politica.
E òsca a aquel senator del Dobs, Martial Bourquin, per sa dignitat.

S'avètz pas encara signada la peticion per l'occitan dins lo metrò de Tolosa, bolegatz-vos e...



(aquò contunha !)

Le Coq et l'Oc










L'ai acabat aquesta nuèch,
un sol mot : whaou !

04/11/2009

Catastròfa !

Quand òm vos fa un present, gardatz lo present qualques temps al mens, non ? Ieu, m'avián balhat un lum a òli (plen). Coma èra pas tampat a la cima, que l'afar que teniá la meca èra juste pausat sus la "botelha", l'aviái sarrat dins un canton, sus un mòble de ma cambra e fasiái plan atencion de lo far pas jamai trantolar. Ièr a ser, qu'ère a legir de causas sus Lévi-Strauss, tot en un còp, t'aussisse lisar mos libres tròp bèlses per dintrar dins la bibliotèca qu'èran quilhats de l'altre costat del mòble, contra un altre mòble. Aquò fasquèt coma un castèl de cartas : los libres fasquèron tombar los quadres de fòtòs, los quadres de fòtòs butèton la vaca que me servís de sarra-libres, la vaca anèt petar contra lo lum a l'òli que... se versèt ! L'òli s'espandiguèt pertot sul mòble, amai rajolèt darrèr. Problèma : lo mòble es una bibliotèca comola de libres... Vos daisse amaginar la seguida e mon estat d'esperit. Totes mos Sempé son fotuts. Tacats per totjorn. N'ai plorat. Moralitat : sètz pas totjorn oblijats de gardar los presents qu'òm vos fa.

Guillaume Thomas Raynal (1713-1796)

L'abat Raynal, nascut a La Panosa de Severac (entremièg Milhau e Rodés) pièi ligat a Sent-Ginièis d'Òlt, amic de Diderot, es l'autor de Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes (tres còps trabalhat e reeditat), libre de mai en mai dubèrtament contra lo colonialisme e contra la monarquia. Talament que, coma Voltaire, deuriá fugir la França e, coma Voltaire, se sarrarà de Guilhaume II de Prussa pièi de Catarina II de Russia. Sa batèsta : la Libertat ( "A qui, barbares, ferez-vous croire qu'un homme peut être la propriété d'un souverain, une femme la propriété d'un homme, un nègre la propriété d'un colon ?"). En 1791, mandarà una letra a l'Amassada nacionala : "J'ai parlé aux rois de leurs devoirs, souffrez qu'aujourd'hui je parle au peuple de ses erreurs." Coma èra ja vièlh, lo copèron pas en dos.
Exposicion sus l'abat Raynal dusc'al 20 de novembre a l'ostal de comuna de Rodés.

03/11/2009

La leiçon de Lévi-Strauss

V'aquí çò qu’escriviá Edwy Plenel en 2005 dins Le Monde 2 jol títol “La leçon de Claude Lévi-Strauss”. I es ja question d'identitat nacionala mès tanben del centralisme egocentric francés e de l'exemple de la Catalonha :
« Un grand homme, c'est un siècle. Une marque qui reste à échelle de vie humaine, une empreinte sans appel, une légende sans retour. Ce n'est pas forcément affaire de durée, d'années accumulées, et certainement pas d'un temps géré avec une mentalité d'épargnant, prudente et calculée. Un siècle, cela peut se jouer en un an comme en cent, et le nôtre, celui qui vient, se joue peut-être chaque jour depuis les ébranlements de 1989 et 2001, la chute du Mur et la chute des Tours. Pourtant le grand homme qui nous occupe ici a pour lui le bénéfice de l'âge : il a eu beau avoir sans cesse risqué son temps, des chances successives l'ont mystérieusement épargné. Et, à déjà 96 ans, Claude Lévi-Strauss continue de vivre au risque de la pensée, contre les habitudes et les facilités.
Ceux qui l'ont entendu, il y a une semaine, le 13 mai, sous la coupole de l'Académie française, ont pu le vérifier. Un savant parlait, mais sa parole allait au-delà de son savoir, rejoignant l'itinéraire du citoyen du monde qu'il n'a cessé d'être, depuis sa longue jeunesse militante à la gauche du Parti socialiste jusqu'aux révolutions intellectuelles de l'âge adulte, celles des Structures élémentaires de la parenté (1949) et de Tristes tropiques (1955). "Il n'est aucun, peut-être, des grands drames contemporains, disait-il, qui ne trouve son origine directe ou indirecte dans la difficulté croissante de vivre ensemble." L'humanité, poursuivait-il, est devenue "sa propre victime", n'ayant pas compris que ses droits "cessent au moment où leur exercice met en péril l'existence d'autres espèces".
L'homme détruit, et du coup se détruit, nous avertit l'ethnologue, fort d'un savoir acquis auprès des sociétés sans écriture. Leurs "sages coutumes", de protection et de respect de la vie et des espèces à l'entour, nous indiquent la voix du salut : renoncer au vertige de la puissance et de la solitude, accepter de "faire de l'homme une partie prenante, et non un maître de la création". Le lecteur se demande sans doute ce que ce prophétisme écologiste vient faire dans notre actualité. Il se le demande d'autant plus que ce discours d'un homme rare et l'événement qui l'a suscité sont passés inaperçus, ne provoquant guère plus qu'une dépêche et une photo d'agence.
Or l'événement comme le discours étaient européens, à deux semaines du référendum français dont l'Europe est l'enjeu. Le thème même du propos de Lévi-Strauss n'était pas indifférent : "L'ethnologue devant les identités nationales". Quant à ce qui le provoquait, c'était de recevoir, à Paris et non à Barcelone, eu égard à son âge, le prestigieux prix international Catalunya, créé en 1989 par le gouvernement autonome catalan. Ce prix, par lequel la Catalogne distingue les pensées du monde, a déjà été décerné à des Français, Jacques Delors et Edgar Morin notamment. Marquant l'importance qu'il y accorde, le président du gouvernement catalan, Pasqual Maragall, s'était déplacé pour l'occasion. Il s'est exprimé en français, excellemment, tout comme le président délégué du jury, un philosophe.
Quant à Lévi-Strauss, avant de nous inviter à vivre ensemble par le respect des ailleurs et du divers qui nous entourent, il a commencé par saluer la récente fondation par la Generalitat de Catalunya d'une eurorégion Pyrénées-Méditerranée. Faisant l'éloge de cette "vaste contrée transfrontalière", il a ajouté ceci : "J'ai connu une époque où l'identité nationale était le seul principe concevable des relations entre les Etats. On sait quels désastres en résultèrent."* C'est alors qu'au nom du jury le philosophe catalan fit écho à l'ethnologue français et à nos débats hexagonaux, en paraphrasant un célèbre libelle du Marquis de Sade révolutionnaire : "Français, encore un effort pour être européens !"
Ce n'est certes rien, juste une remise de prix, un simple instant protocolaire, et pourtant ce nous semble un fait significatif. Une grande région d'Europe, dont le martyre républicain porta nos idéaux universels, se déplace à Paris pour distinguer solennellement l'un de nos grands intellectuels, dont toute la pensée exprime le souci du monde, et ce lieu de vieille grandeur nationale qu'est l'Académie française accueille la cérémonie ; mais c'est chez nous, en ce pays-ci, un grand silence qui salue l'événement ! Si l'on veut bien regarder son pays comme si on n'en était pas, alors l'anecdote n'en est plus une. Comment, de l'autre côté des Pyrénées, ne pas y voir l'illustration d'une France qui a le nez collé sur elle-même, n'ayant plus d'yeux pour ce qui la dépasse et la prolonge ?
La Catalogne le prouve : l'Espagne ne doute pas de son identité européenne quand elle accepte de vivre sa pluralité nationale. Sa démocratie est vivante, jeune, féminisée, dynamique, surprenante comme l'a montré le vote qui a suivi les attentats du 11 mars 2004, refus du mensonge et de la peur. C'est une sorte d'anti-portrait d'une France qui n'entend pas la leçon de Claude Lévi-Strauss. »
* Ajuste la fin de la frasa que Plenel balhava pas : « L'Eurorégion crée entre les pays de nouvelles relations qui débordent les frontières et contrebalancent les anciennes rivalités par les liens concrets qui prévalent à l'échelle locale sur les plans économique et culturel. »
Podètz trapar lo discors entièr de Lévi-Strauss aquí en version francesa o catalana.

31/10/2009

Identitat nacionala

Vos convide a legir l'article de Rue89 sus aquel sicut : aquí.
Quant ben aquò fa de legir aquò ! Ne fau la dedicacion personala a un vinhairon del Miègjorn de ma coneissença (deuriái dire un cap d'entrepresa vinhairona, qu'el deu pas jamai avure tengut un podet de sa vida) que s'es metut ciutadan marocan per fugir lo fisc francés e que ditz que son nombroses a far coma el. Cossí se pòdon encara miralhar ?

Carnaval ordinari a Windsor

Reconstitucion istorica pel cinemà ? Non, la reina Elisabeth mena lo president indian a Windsor per despertinar, en 2009, òm s'amusa coma òm pòt. (Cl. Lefteris Pitarakis/AP/SIPA)

30/10/2009

A los que vòlon pas de l'òc dins lo metrò de Tolosa

Aquí lo vejaire de Robèrt Lafònt sus l'alienacion, dins "Vingt lettres…" Illustracion Pablo Picasso (Pendiculacion del gal, 1938).
« Un instituteur de la génération de mes parents aimait à raconter ses débuts dans la profession. Son premier poste fut sur un causse d'une admirable sauvagerie, en avant des Cévennes, au bout de toute route praticable. Fils de gendarme, il ne parlait pas un mot d'occitan, et naturellement les enfants qu'il recevait à l'école ignoraient tout du français. (…)
Permettez-moi de rappeler, selon les enseignements d'une sociolinguistique que j'ai contribué à faire naître, ce qu'il en est du sujet enfantin en ce milieu, avant l'intervention du maître francophone, en un temps où radio et télévision n'ont pas encore envahi l'espace. Ce sujet est bâti à trois ans dans la langue de la microsociété qui l'entoure. Il a le capital émotionnel de la langue de sa mère et la langue sociale du père sur un seuil immédiat de castration et d'accueil. Le générateur qui est en lui, d'un langage semblable à celui du groupe, a été modelé lexicalement, morphologiquement et phonétiquement par le dialecte d'usage quotidien. Au fur et à mesure qu'il se construisait, ce sujet a été mis au réseau des travaux et des jours et d'une cosmogonie familière. C'est au sein de celle-ci qu'il a dit je et, sur ce je, a greffé sa psyché. Il a une culture : il a rassemblé dans son identité individuelle une identité collective. Il parle cette identité qui le sécurise.
Survient le maître. C'est le choc. Encore si cet intrus se contentait d'apporter une autre langue et une autre culture en complément d'âme ! Mais il importe, enfonce dans le terreau humain des implants à sa façon, et il invalide, condamne la culture préexistante, désormais dite inférieure. C'est ainsi qu'il installe la diglossie, le conflit de deux usages en rapport inégal : un bilinguisme pathologique. Les maîtres de la IIIe République, ces chevaliers de la foi scolaire, agissant avec une totale impunité et sous l'aiguillon de leurs inspecteurs en milieu populaire alloglotte, ont été, dans leur fonction officielle de destructeurs de culture, de grands et barbares déchireurs de sujets.
Car il fallait détruire les patois et les langues allogènes au nom du français. Au nom de cette francité abstraite, rayonnante et exigeante à qui tout citoyen doit rendre un culte. Dans la camisole de force de la francité, il fallait installer des sujets autrement construits qu'elle. L'opération ne peut être innocente. Je vous propose de considérer que l'immense majorité de la population scolaire française a été victime, entre le début de l'école obligatoire et l'holocauste de 1914, ce que j'appelle une névrose diglossique.
Vous allez me dire que mes termes sont forts et que toute opération d'acculturation comporte ce risque. Certes ! Mais on peut acculturer sans déculturer. L'être humain est une unité biologique admirable qui supporte les greffes. Il est capable de multilinguisme et de multiculturalisme. C'est même de cette façon qu'il s'épanouit et s'enrichit. (…)
Le signe premier et universel de la névrose diglossique est l'intériorisation par la honte de l'interdiction officielle. La sociolinguistique appelle cette pathologie du sujet la haine de soi. Elle est l'aspect souffrant de l'aliénation. Mais on n'en souffre pas toujours. On peut même aimer son mal. Sa perfidie est de se rendre acceptable, souhaitable, et de fabriquer ses militants. Le maître qui punissait l'élève patoisant avait lui-même subi le châtiment infamant du "signal". Il s'en vengeait inconsciemment et d'autant plus sauvagement. Le torturé consentant fait toujours un excellent bourreau. Les patois ont été éradiqués par l'école française avec la collaboration active des familles. "Maître, apprenez le français au petit, qu'il ne soit pas une bête comme moi." Tout le monde était d'accord, il n'y a donc pas eu de coupable.
Mais il faut savoir où ça allait de si bon train. Il ne s'agit pas que de la guerre faite à une langue. Il s'agit de la culture tordue. A la culture riche et profonde du lieu et de l'habitant, qui avait ses limites géographiques, était habitée de superstitions et de préjugés – qui le nierait ? – on substituait, non l'élargissement, comme on le prétendait, mais la clôture. Encore et toujours l'Etat, plus large que le village ou la région, mais beaucoup plus fermé qu'eux. Et fermé pour un décentrement. La culture offerte au petit Basque ou au petit Breton, en bonne structure pilier de la francité, s'arrête à des frontières et les tire vers Paris. C'est ce va-et-vient qu'il faut prendre pour du naturel. Ça marche. Mon maçon, qui est niçois, me dit : "Non, je ne connais pas Vintimille. Je veux d'abord connaître mon pays. Cet été je vais à Paris ou en Alsace." Ça marche au pas cadencé. C'est ainsi que l'école du peuple est devenue l'école du soldat, et qu'entre 1914 et 1918, dans le village rouergat, on est passé de la salle de classe au monument aux morts. On n'avait qu'à vieillir de quinze ans et traverser la place. J'accuse le système national d'avoir transformé nos instituteurs en agents recruteurs. Je désigne donc un coupable. Celui qui ment en devise républicaine à trois termes sur le fronton de l'école et se dresse en gallinacé ridicule sur la stèle patriotique.
Tout le monde ne meurt pas. Certains deviennent gendarmes, douaniers, fonctionnaires des Finances, comme mon père. L'école de l'aliénation sert à fournir l'Etat de ses séides. Mon instituteur de village caussenard se félicitait d'avoir extrait de sa classe, qui sentait le fumier de brebis, autant d'employés de l'Etat qu'il avait d'élèves. Il en avait même tiré un général. Avec, on le comprend, la bénédiction des familles, qui d'ailleurs ont disparu par la suite : le village est vide.
C'est là que je veux attraper, sur l'envol national, l'aliénation à son point culminant de réussite. Simone Weil l'a dit avant moi. L'aliénation des peuples soumis au conquérant ne lui apporte pas que des serviteurs. Elle lui donne aussi ses maîtres. Ainsi les minoritaires font dégénérer en tyrannie le pouvoir des majoritaires. Bien des dictateurs ont une tare d'origine. Franco était galicien. Staline était géorgien. Tito était croate. Hitler n'était pas un vrai Allemand. Les empereurs romains furent souvent des provinciaux. Et Napoléon ?
Saluons le triomphe de la France. Elle a réussi à prendre au lacet tricolore le fils d'un Corse qui combattait contre elle à Ponte-Novo, patriote comme lui dans sa jeunesse, et traître plus que lui quand lui vint la raison. A en faire un petit caporal sous son uniforme. Mais le Corse qui n'a jamais très bien parlé français, est monté en grade. Il a tordu le cou à la République qui l'avait promu, et réinventé, au bout de la Révolution, l'Ancien Régime en Empire, entraînant dans cette belle aventure l'Europe au massacre. Il dort, cendres aux Invalides. La patrie qu'il a soumise vient, pieuse, se recueillir devant son urne. La France a élevé la névrose diglossique jusqu'au "complexe de Bonaparte". Où mène l'aliénation ? Au fait, Le Pen n'est-il pas Breton ? »